S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Un cahier des charges resserré pour mettre le holà

réservé aux abonnés

 - -->
Pâturage. Les 50 ares pâturables par vache dans un rayon de 1 à 1,5 km autour du point de traite vont devenir la règle pour le comté. © j.-m.v.
Les modifications du cahier des charges que l’interprofession du comté vient de valider visent à couper court aux dérives d’intensification dans lesquelles certains commençaient à plonger… Au risque de casser l’image du comté auprès du consommateur et, avec elle, sa réussite économique insolente. C’est le développement de l’affouragement en vert et le débat autour du robot de traite qui...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
21%

Vous avez parcouru 21% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Les modifications du cahier des charges que l’interprofession du comté vient de valider visent à couper court aux dérives d’intensification dans lesquelles certains commençaient à plonger… Au risque de casser l’image du comté auprès du consommateur et, avec elle, sa réussite économique insolente. C’est le développement de l’affouragement en vert et le débat autour du robot de traite qui avaient mis en branle cette mécanique. Elle débouche sur bien plus qu’un simple toilettage du cahier des charges. Comme annoncé, l’affouragement en vert sera plus restrictif (interdit avant le 1er juin, limité à 75 jours). ­Sont confirmés aussi les 50 ares pâturables par vache dans un rayon de 1 à 1,5 km autour du point de traite (la distance reste à préciser), le passage à 1,3 ha d’herbe par VL ou encore la limitation de la productivité du troupeau à 8500 litres/VL (lait livré).

Pas plus de 1,2 Ml par exploitation

D’autres mesures sont tout un symbole : ainsi, la limitation de la taille des exploitations à 1,2 Ml. En 2007, le comté avait renoncé à limiter la taille de ses fromageries, redoutant le veto bruxellois pour cause de frein à la liberté d’entreprise. L’AOC abondance ayant, sur cette même mesure grâce à son argumentaire, réussi à obtenir le sésame de Bruxelles, le comté fait le pari qu’il pourra le décrocher pour la taille des fermes. L’argumentation de cette décision politique reste à construire. Mais elle semble tomber sous le sens si le comté veut maintenir des zones rurales vivantes. Avec ce seuil, seules une dizaine d’exploitations sur les 2 474 de l’AOC ne seraient pas dans les clous.

Autre mesure symbolique à faire avaler à l’UE, celle de producteurs à comté, personnes physiques, agriculteurs professionnels décisionnaires sur leur ferme, majoritaires donc dans le capital de l’exploitation. Exit ainsi toute velléité de capitaux extérieurs qui piloteraient les fermes, s’appuyant sur une main-d’œuvre 100 % salariée. Car le risque est bien là (lire p. 24).

Applicable au mieux en 2020

Ce cahier des charges resserré pourrait être présenté cet automne à l’Inao, qui devrait nommer une commission d’enquête. Ce n’est qu’au terme de son rapport que ces mesures seront validées au niveau national, avant d’être transmises à l’UE. Conclusion : elles ne seront pleinement actives au mieux qu’en 2020, 2021.

Jean-Michel Vocoret
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le bovin malade et sa prise en charge

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER