S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Règles sanitaires renforcées pour rester au lait cru

réservé aux abonnés

La question de savoir si le mont d’or, fromage à pâte molle sanitairement très sensible, doit se donner la possibilité de thermiser son lait n’est plus d’actualité. Le syndicat interprofessionnel du mont d’or a tranché dans le cadre de la révision de son cahier des charges. La fabrication restera exclusivement au lait cru. Les professionnels de la filière ont préféré, à la thermisation, travailler...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
32%

Vous avez parcouru 32% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

La question de savoir si le mont d’or, fromage à pâte molle sanitairement très sensible, doit se donner la possibilité de thermiser son lait n’est plus d’actualité. Le syndicat interprofessionnel du mont d’or a tranché dans le cadre de la révision de son cahier des charges. La fabrication restera exclusivement au lait cru. Les professionnels de la filière ont préféré, à la thermisation, travailler en amont pour renforcer le protocole sanitaire.

Depuis octobre, ce protocole prévoit une analyse quotidienne sur laits de mélange (arrivant en fromagerie) ou sur laits individuels pour détecter l’éventuelle présence de salmonelles et listeria.

Cela changera dans les faits peu de chose, la plupart des fabricants travaillant déjà sur ce rythme depuis la recrudescence de salmonelles constatée à l’automne 2015. L’analyse sur ces deux germes est également quotidienne sur les monts d’or fabriqués, avec un nombre d’échantillons désormais plus important… toujours pour limiter les risques. On analysait auparavant un fromage par lot avec un prélèvement par fromage. Ce seront désormais cinq fromages par lot et cinq prélèvements par fromage.

Vigilance accrue sur les STEC

Les déboires en mai dernier rencontrés par un fabricant de reblochon ont aussi incité la filière mont d’or à accroître sa vigilance sur les Escherichia Coli dites « STEC ». Pour mieux évaluer les risques, les fabricants feront une analyse sur au minimum un lot de fromages par semaine. L’investissement est très conséquent. En présence de STEC, une analyse complète coûte a minima 250 €.

Jean-Michel Vocoret
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le bovin malade et sa prise en charge

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER