error: /eom/SysConfig/MPS/LEL.fr/jsp/header/userinfo.jsp
error: /eom/SysConfig/MPS/LEL.fr/jsp/header/mobileuserinfo.jsp
error: /eom/SysConfig/MPS/LEL.fr/jsp/header/login.jsp
Imprimer Envoyer par mail Commenter

« Les éleveurs n’ont rien à cacher »

réservé aux abonnés

error: /eom/SysConfig/MPS/LEL.fr/jpt/leaves/service/_date_article_mod.jsp?timeMod=20190322113700&timePub=
 -
© C. Faimali/GFA

Les ONG Welfarm et WWF étaient conviées à un débat, animé mais cordial, au congrès de la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL). Elles ont fait le lien entre l’intensification de l’élevage et les problématiques de bien-être animal et d’environnement.

error: /eom/SysConfig/MPS/LEL.fr/jpt/leaves/article/article_non_abo.jsp
"> « Sans langue de bois, je peux dire que nous avons déjà répondu aux attentes sociétales, a affirmé Thierry Roquefeuil, le président de la FNPL, ce 21 mars 2019 à Arras devant l’assemblée générale de son syndicat. Les éleveurs n’ont rien à cacher sur ce sujet du bien-être animal. Il est intégré au socle de base du plan de filière, France Terre de Lait. Ce n&rsquo...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
error: /eom/SysConfig/MPS/LEL.fr/jsp/connexion/article.jsp
18%

Vous avez parcouru 18% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !
error: /eom/SysConfig/MPS/LEL.fr/jpt/leaves/article/article_non_abo.jsp
">

« Sans langue de bois, je peux dire que nous avons déjà répondu aux attentes sociétales, a affirmé Thierry Roquefeuil, le président de la FNPL, ce 21 mars 2019 à Arras devant l’assemblée générale de son syndicat. Les éleveurs n’ont rien à cacher sur ce sujet du bien-être animal. Il est intégré au socle de base du plan de filière, France Terre de Lait. Ce n’est pas un critère de segmentation et nous le prouvons chaque jour ! »

« On n’est pas dans un effet de mode »

D’après Véronique Pardo, anthropologue au Cniel, l’interprofession laitière, même si l’érosion de l’image de l’élevage laitier semble se tasser ces derniers mois, le végétalisme et le flexitarisme s’ancrent dans la société. Dans une enquête conduite par le Cniel, 5 % des Français se déclarent végétariens, 1 % végans, et 20 % flexitariens.

Selon les conclusions d’une autre étude, Inquietalim, les produits laitiers restent la famille de produits qui inquiète le moins les Français : 53 % de la population se disent préoccupés, dont 33 % qui s’interrogent sur l’amont de la filière plus que sur le produit en lui-même.

« Le progrès n’a pas attendu les attentes sociétales », rappelle Véronique Prado, convaincue que la remise en cause de l’élevage constitue aujourd’hui davantage une opportunité qu’un fardeau, car en parallèle, les notions d’équitabilité et de juste rémunération des producteurs montent dans les esprits.

L’intensification de l’élevage au cœur du débat

Alors que le prix, l’hygiène et la qualité organoleptique des produits sont longtemps restés au cœur des préoccupations des Français, les systèmes de production sont aujourd’hui pointés du doigt. D’après Welfarm et WWF, la forte densité dans les élevages bovins est à l’origine de « différents maux » : la raréfaction du pâturage et ses conséquences environnementales en termes de stockage de carbone et de biodiversité, la modification du comportement naturel des animaux ou encore l’écornage. Plutôt que d’assister à l’agrandissement des troupeaux, ces associations souhaiteraient voir émerger davantage de systèmes à plus forte valeur ajoutée.

Foncier, aléas climatiques, nécessaire professionnalisation de l’élevage et sécurité de l’éleveur ont été autant de réponses apportées par les producteurs laitiers. Mais pour Thierry Roquefeuil comme pour Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, le processus de concertation avec les ONG est important. « En quelques années, nous sommes passés de l’incompréhension à l’appropriation de ces sujets », estiment les deux responsables syndicaux.

À noter qu’une douzaine d’indicateurs interprofessionnels relatifs au bien-être animal devraient être publiés par l’interprofession laitière (Cniel) au cours du printemps 2019.

A.Courty
Imprimer Envoyer par mail Commenter
error: /Comments/List/ad3f2f86-4c8a-11e9-ba1f-92e5b4d9ce5e
En direct

Sentinelle climatique

error: /eom/SysConfig/MPS/LEL.fr/jpt/leaves/service/_date_article.jsp?timeMod=20190628131447&timePub=20190724143654

Veaux

Mauvaise passe

error: /eom/SysConfig/MPS/LEL.fr/jpt/leaves/service/_date_article.jsp?timeMod=20190716103600&timePub=20190717131307

9 111 €/1 000 kg

error: /eom/SysConfig/MPS/LEL.fr/jpt/leaves/service/_date_article.jsp?timeMod=20190205160926&timePub=20190220081652

367 €/1 000 l

error: /eom/SysConfig/MPS/LEL.fr/jpt/leaves/service/_date_article.jsp?timeMod=20190205160922&timePub=20190206141459