S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Renforcement de la zone dans le Calvados et l’Orne

réservé aux abonnés

 -

Après l’apparition de six nouveaux cas, deux cent trente communes sont désormais en zone de prophylaxie renforcée.

Depuis le début de l’année, six nouveaux foyers de tuberculose bovine sont apparus dans les départements du Calvados et l’Orne : cinq dans le Calvados et un dans l’Orne. Les troupeaux ont été abattus, les deux derniers en juillet. Ces nouveaux foyers conduisent à l’extension de la zone de prophylaxie qui était en vigueur jusque-là. « Ce renforcement correspond au territoire situé dans un rayon de...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
32%

Vous avez parcouru 32% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Depuis le début de l’année, six nouveaux foyers de tuberculose bovine sont apparus dans les départements du Calvados et l’Orne : cinq dans le Calvados et un dans l’Orne. Les troupeaux ont été abattus, les deux derniers en juillet. Ces nouveaux foyers conduisent à l’extension de la zone de prophylaxie qui était en vigueur jusque-là. « Ce renforcement correspond au territoire situé dans un rayon de 10 km autour des foyers découverts depuis 2013 et de leurs parcelles pâturées », indique la Direction départementale de la protection des populations du Calvados. Même si un cas a été détecté à Vassy, la commune n’est pas dans la zone car les taurillons touchés étaient totalement enfermés. Cent vingt communes sont concernées dans le Calvados et cent dix dans l’Orne. Un arrêté préfectoral est sur le point d’être publié avec la carte du nouveau zonage. « Il est défini pour trois ans. L’objectif est d’éradiquer le plus rapidement possible la tuberculose bovine dans les exploitations. »

Une souche spécifique

La prophylaxie consiste en une intradermo tuberculination comparative sur les bovins de plus de 24 mois. « La bonne nouvelle est que la maladie n’est pas passée dans la faune sauvage. Aucun des quarante blaireaux prélevés s’est retrouvé positif. » La souche mise en évidence avait déjà été identifiée il y a une vingtaine d’années. « Il s’agit d’une souche spécifique à notre territoire. Nous ne savons pas aujourd’hui d’où part la maladie c’est pourquoi il a été décidé ce périmètre plus large de 10 km. » Jusqu’en 2017, c’était 2 à 4 km autour des foyers.

Claire Hue
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER