S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

« Maintenir la dynamique laitière » française

réservé aux abonnés

 -
Damien Lacombe, président de Coop de France métiers du lait. © Cédric Faimali/GFA

L’attractivité de la filière laitière, autant sur l’amont que sur l’aval, ainsi que le renouvellement des générations étaient au cœur des journées des coopératives laitières les 17 et 18 avril 2019 à Paris.

« Nous sommes à la croisée des chemins », a expliqué Damien Lacombe lors d’une conférence de presse à Paris. Alors que la conjoncture laitière retrouve des couleurs, le président de Coop de France métiers du lait estime que la « sauvegarde et la promotion du modèle pérenne des coopératives », la revalorisation du prix du lait utilisé pour les Marques de distributeurs...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
17%

Vous avez parcouru 17% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

« Nous sommes à la croisée des chemins », a expliqué Damien Lacombe lors d’une conférence de presse à Paris. Alors que la conjoncture laitière retrouve des couleurs, le président de Coop de France métiers du lait estime que la « sauvegarde et la promotion du modèle pérenne des coopératives », la revalorisation du prix du lait utilisé pour les Marques de distributeurs (MDD), et l’aide à l’installation sont autant de points qui vont permettre de « maintenir la dynamique laitière nationale ».

Forte attente sur les marques de distributeur

« Nous ne pouvons pour l’instant pas affirmer que le ruissellement de la loi Alimentation vers les producteurs n’a pas eu lieu. Il faut créer de la valeur avant de la redistribuer », convient Damien Lacombe. Avec son secrétaire général, Pascal Lebrun, ils se disent satisfaits des négociations sur les marques nationales.

« Les États-généraux sont en partie nés de la précédente crise laitière. Il était inconcevable qu’on ressorte sans rien ! » campe Damien Lacombe, qui se dit toutefois inquiet car cette dynamique, « garante de l’attractivité filière », ne se retrouve pas encore sur les MDD qui pèsent pour 60 % des volumes valorisés en produits de grande consommation en France par les coopératives.

Malgré « de belles perspectives sur les marchés internationaux », d’autres inquiétudes persistent : les retombées du Brexit, notamment sur le marché de l’ultra-frais fortement concurrentiel, et l’absence de résultats probants sur les filières lait de chèvre et lait de brebis.

Asseoir le modèle coopératif

Même si les coopératives laitières ont vu leur collecte (+0,2 %) et leur chiffre d’affaires (+2 %) augmenter en 2018 malgré la sécheresse, la perte de point de collecte, d’environ 3 % par an, et la moyenne d’âge grandissante des producteurs (48 ans) menacent.

« Un litre de lait sur deux va changer de main d’ici à 5 ans », annonce Pascal Lebrun. D’après le rapport d’activité du syndicat aux 240 coopératives adhérentes, ce sont environ 800 jeunes qui sont installés par les coopératives chaque année depuis 2015, soit 60 % des installations.

D’après Damien Lacombe, la coopération œuvre déjà pour « accompagner les jeunes dans leur projet d’installation et les aider à prendre leur pleine place dans les instances de gouvernances », à l’aide d’outils comme le guide gouvernance de Coop de France présenté au Salon international de l’agriculture, sa déclinaison sur le lait et la charte sur le renouvellement des générations signée avec les JA.

« Il faut continuer à lutter pour conserver l’identité forte des coopératives et ne pas l’aligner sur le droit commercial comme le menace l’ordonnance sur la coopération (normalement présentée en conseil des ministres la semaine prochaine, NDLR), signale Damien Lacombe. Nous avons un modèle vertueux, adapté aux enjeux actuels, qui continue de sauver des territoires laitiers et qui favorise l’installation des jeunes. »

A. Courty
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le bovin malade et sa prise en charge

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER