S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Des adultes et seniors de haut vol au Montbéliard Prestige

réservé aux abonnés

Les organisateurs du Montbéliard Prestige ont eu une riche idée il y a trois ans de créer, à l’interrégional de Besançon (Doubs), une catégorie à part pour valoriser les vaches seniors. Idée somme toute logique puisqu’emblématique de la longévité que revendique la montbéliarde. Il est vrai que, sur ce terrain, la race, qui pèse à ce jour près de 18 % des effectifs...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
64%

Vous avez parcouru 64% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Les organisateurs du Montbéliard Prestige ont eu une riche idée il y a trois ans de créer, à l’interrégional de Besançon (Doubs), une catégorie à part pour valoriser les vaches seniors. Idée somme toute logique puisqu’emblématique de la longévité que revendique la montbéliarde. Il est vrai que, sur ce terrain, la race, qui pèse à ce jour près de 18 % des effectifs nationaux (65,7 % de prim’holsteins, 7,9 % de normandes), sort du lot avec 18 % d’animaux en 5e lactation et plus (contrôle laitier 2018). La moyenne toutes races est de moins de 10,3 % (7,8 % en prim’holsteins).

Encore faut-il que ces seniors soient présentables. Elles l’étaient sans ambiguïté de nouveau cette année et ont fait, avec les sections adultes, le bonheur du juge venu des Vosges.

Jean-Michel Vocoret
Galaxie. Devant la championne de Paris

Puissance. Ionaf (ci-dessous), la championne de Paris, a trouvé un cran au-dessus en puissance avec Galaxie. Appréciez sa longueur, son avant-main, son dessus, ses dimensions de bassin et la qualité de ses membres. Grégory Maillard, le juge vosgien, a aussi aimé la qualité du bloc arrière mamelle de cette vache de 7 ans et 8 mois, en quatrième lactation, qui a déjà produit beaucoup de lait.

Propriétaire : Gaec Vivieroche et Gaec Gutknecht (Haute-Saône). uFille de : Urbaniste/Papayou.uProduction cumulée sur trois lactations : 31 171 kg à 40 de TA et 44,7 de TB.

Lunedemiel. Un dessus remarquable

Large et profonde. Le juge a flashé sur la jeune Lunedemiel. Il est vrai qu’elle a tout pour bien vieillir et faire une remarquable adulte et senior. C’est une vache particulièrement puissante, profonde et large dans sa poitrine. Alors que beaucoup d’animaux en lice montraient un dessus un peu cru, signe d’un hiver compliqué sur le plan alimentaire, Lunedemiel arborait un dessus remarquable terminé par un bassin de dimension et inclinaison idéales. Son pis offrait aussi de bonnes attaches arrière et très peu de volume.

Propriétaire : Gaec du Pivert (Haute-Loire). uFille de : Hallez/Micmac. uPremière lactation : 8 407 kg en 305 j à 35,3 de TA et 38,5 de TB.

Cat Maeva, Ladine, Jupline et Givrine

Blocs arrière. Il fallait montrer un bloc arrière sans faille pour avoir une chance d’être retenu par le juge Grégory Maillard, à cheval sur ce point, de même que sur l’équilibre avant-arrière, qui s’est révélé juste comme il faut pour cet éleveur dont les montbéliardes sont traites au robot. À ce jeu, le Doubs place trois vaches dans les quatre prix distribués.

Propriétaire de Cat Maeva (Istapic/Urbaniste), la mamelle espoir : CAT du Sonnenhof (Bas-Rhin). Propriétaire de Ladine (Hilebo/Masolino), la mamelle jeune : Gaec Mauvais (Doubs).Propriétaire de Jupline (Fusionnel/Solstice), la mamelle adulte : Pascal Maire Amiot (Doubs).Propriétaire de Givrine (Unchoix/Laser MS), la mamelle senior : Gaec des Prés Jolis (Doubs).

Hollywood. La mamelle fait le plus

Mamelle. C’est grâce à ses qualités de pis qu’Hollywood a fait la différence en section face à Hongroise, une Afghan du Gaec du Pivert (propriétaire de la championne jeune) encore plus puissante qu’elle. Les attaches arrière restent hautes et larges et le volume normal pour une 5e lactation.

Propriétaire : Gaec Les Chardonnets (Haute-Savoie). uFille de : Ulemo/Confetti. uProduction cumulée sur quatre lactations : 45 733 kg à 35,1 de TA et 35 de TB.

Alowen. Plus de 100 000 kg au compteur

Emblématique. Née en août 2005, Alowen, en dixième lactation, avec plus de 100 000 kg de lait produit, a bien tenu son rôle d’emblème de la longévité montbéliarde. Sur les 427 750 lactations brutes référencées en 2018, 2,02 % des montbéliardes étaient en 8e lactation ou plus… À comparer avec le 0,3 % sur 1 565 500 lactations en prim’holstein.

Propriétaire : Gaec du Feuret (Haute-Saône). uFille de : Micmac/Electro. uProduction cumulée sur neuf lactations : 100 596 kg de lait à 35,1 de TA et 43,5 de TB.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER