S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Un bénéfice moyen de 14 €/t de lait en 2017

réservé aux abonnés

 - -->
Espagne. Les participants au congrès ont découvert l’élevage galicien. Un modèle très intensif qui s’appuie sur des rations extrêmement concentrées (voir notre rubrique « L’exploitation »). © p.l.c.

Congrès. Les éleveurs du réseau EDF ont le sourire face à leurs résultats. Mais la montée des demandes sociétales inquiète.

L’Espagne a accueilli le congrès European Dairy Farmers 2018 en juin. Avec un profit moyen de 14 €/t de lait, primes Pac incluses, et après rémunération de la main-d’œuvre familiale, les éleveurs du réseau qualifient leurs résultats 2017 de très bons. « Cela s’explique en partie par un bon prix du lait à 330 €/t en moyenne, même si on voit l’influence de la date de l’exercice...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
19%

Vous avez parcouru 19% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

L’Espagne a accueilli le congrès European Dairy Farmers 2018 en juin. Avec un profit moyen de 14 €/t de lait, primes Pac incluses, et après rémunération de la main-d’œuvre familiale, les éleveurs du réseau qualifient leurs résultats 2017 de très bons. « Cela s’explique en partie par un bon prix du lait à 330 €/t en moyenne, même si on voit l’influence de la date de l’exercice sur ce poste », précise Steffi Wille-Sonk, chez EDF.

La hausse de productivité laitière dilue les charges

Trois pays se distinguent par des prix plus faibles et plus de variations entre les éleveurs. C’est le cas de la France (320 €), de l’Allemagne (300 €) et du Royaume-Uni (280 €). Mais le prix ne fait pas tout. La mesure de la corrélation entre le prix et le bénéfice le montre bien. La productivité laitière a progressé, en moyenne, de 200 kg/vache en 2017 (500 kg depuis 2015), ce qui contribue à diluer les charges. De plus, de nombreux éleveurs avaient investi en prévision de la fin des quotas. Le poids de ces charges commence à s’alléger, ce qui améliore la rentabilité.

« Globalement, les éleveurs enregistrent une légère hausse des charges, compensée par le gain de productivité laitière », analyse Steffi. Au final, le prix d’équilibre moyen, qui permet de couvrir toutes les charges, s’oriente à la baisse : 344 €/t hors primes Pac pour les éleveurs conventionnels de l’UE, contre 377 € en 2015. Les Français sont à 360 €. Comme toujours, les Irlandais et les Tchèques caracolent en tête (290 et 280 €), les Néerlandais ferment la marche à 420 €. Ces résultats surprendront les Français. Rares sont ceux qui affichent l’impression d’avoir fait une bonne année 2017. Il est vrai que les résultats du réseau EDF ne sont pas représentatifs d’un pays. Mais les gros écarts constatés dans ce groupe se retrouvent sans doute aussi à l’échelle nationale.

Pour l’avenir, les éleveurs EDF se préoccupent des attentes sociétales qui explosent dans le monde. Avec des impacts variés selon les pays. Certaines entreprises (Arla, Friesland Campina, Müller) se sont empressées de les répercuter aux producteurs. Ailleurs (Royaume-Uni, Suisse, Suède), c’est la réglementation qui évolue pour prendre en compte ces demandes. La France se trouve dans une position intermédiaire. Mais les éleveurs doivent savoir que pour la société, l’accès au pâturage est majeur. L’absence de souffrance (sensibilité à l’écornage des veaux) pèse lourd aussi, de même que la réduction de l’usage des antibiotiques. D’une manière ou d’une autre, cela aura des répercussions sur la façon de produire.

Pascale Le Cann

    Les chiffres EDF proviennent de 325 fermes, dont 301 installées dans l’Union européenne (31 bio), 17 en Suisse et 7 au Canada. Elles ne sont pas représentatives de leurs pays. Les exercices comptables ont débuté entre le deuxième trimestre 2016 et le premier trimestre 2017.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le bovin malade et sa prise en charge

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER