S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

La stratégie des alliances face à la concurrence

réservé aux abonnés

Le CIA Gènes Diffusion (GD) clôture l’exercice 2017 sur un résultat net de - 155 000 €. Les comptes consolidés du groupe sont également négatifs pour la deuxième année consécutive. Raison invoquée : le coût de la recherche en cours pour l’élaboration d’un programme de sexage indépendant, mais aussi la rentabilité de filiales basées à l’é...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
32%

Vous avez parcouru 32% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Le CIA Gènes Diffusion (GD) clôture l’exercice 2017 sur un résultat net de - 155 000 €. Les comptes consolidés du groupe sont également négatifs pour la deuxième année consécutive. Raison invoquée : le coût de la recherche en cours pour l’élaboration d’un programme de sexage indépendant, mais aussi la rentabilité de filiales basées à l’étranger (Hollande, Allemagne, Amérique du Sud…). Certaines seront donc fermées. Mais pas la Pologne, où GD Polska est le CIA n° 1 du pays. « La Pologne reste un marché porteur de plus de 600 000 IAT qui permet d’amortir notre schéma de sélection holstein et apporte de la diversité génétique. »

Dans l’ouest de la France, avec 200 000 IAT, GD atteint désormais son seuil d’équilibre. Cependant, le nombre d’adhérents recule de 6 % et les inséminations de 0,3 %.

Un pied en race normande

Dans ce contexte économique difficile, exacerbé par la concurrence avec Évolution(1), GD décline sa politique établie sur les alliances stratégiques, la diversification et l’innovation.

Ainsi, l’alliance conclue avec Origenplus au sein du groupe Seenergi permet de mettre un pied en race normande dans une zone à forte densité d’élevage.

Par ailleurs, l’union GD devient une SAS afin qu’elle puisse s’ouvrir à de nouveaux partenaires dans le cadre des projets de création d’OS dans les différentes races, comme permis par le règlement zootechnique européen.

Jérôme Pezon

(1) GD confirme avoir saisi la justice en raison de tarifs abusivement bas pratiqués par Évolution en Nord-Picardie dans le but de créer un monopole.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le bovin malade et sa prise en charge

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER