S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

On s’achemine vers deux Osue

réservé aux abonnés

Les dossiers de candidatures des nouveaux OS devaient être déposés au 1er novembre. L’OS actuel conserve son agrément. Les évaluations génétiques seront calculées par GenÉval pour toutes les races bovines, ovines et caprines.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
24%

Vous avez parcouru 24% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Les dossiers de candidatures des nouveaux OS devaient être déposés au 1er novembre. L’OS actuel conserve son agrément. Les évaluations génétiques seront calculées par GenÉval pour toutes les races bovines, ovines et caprines.

Gènes Diffusion s’apprête à candidater, animé par une forte volonté d’indépendance. Car si le schéma de sélection n’entre pas dans les missions de l’OS, la définition des objectifs de sélection s’y trouve. « Nous nous appuierons sur des partenariats pour le contrôle de performance et nous serons autonomes pour le livre généalogique », affirme François Desmons, directeur de GD, qui se réjouit de cette « sortie de la pensée unique ».

Un autre projet se dessine entre Évolution et l’OS actuel. Fin octobre, Vincent Rétif, président d’Évolution, déclarait que les discussions n’avaient pas encore abouti. Le ministère n’étant pas prêt non plus, le nouveau dispositif ne sera opérationnel qu’en 2019.

Président de Prim’Holstein France, Bruno Béchet évoque un montage presque calé autour de l’OS historique, Évolution et les contrôles de performances. L’OS signera des contrats avec ses partenaires pour assumer toutes les missions.

Des surcoûts élevés

Cette nouvelle organisation va générer des surcoûts. Du fait du doublement des structures, bien sûr. Mais aussi parce que l’indexation ne sera plus prise en charge par l’Inra, qui disposait de fonds publics. Un budget évalué à 1,4 M€. « Le nouveau modèle économique de la génétique n’a pas été analysé. Il est dramatique de concevoir un système plus coûteux alors que l’élevage est en crise », regrette Jo Jaouen, président de BCEL Ouest.

Autre nouveauté pour les éleveurs, l’accès à l’indexation ne sera plus automatique. Ils devront choisir leur OS. Et puis, la race risque de se diviser en deux, avec des objectifs de sélection différents. « J’espère que nous parviendrons à conserver un socle commun, un lieu où tous les acteurs de la race se retrouvent », note Bruno Béchet. Peut-être autour de PHF, qui est candidate pour tenir les deux livres généalogiques.

Pascale Le Cann
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le bovin malade et sa prise en charge

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER