S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

L’accident sur le lait infantile pèse sur le bénéfice de 2017

réservé aux abonnés

 -
L’usine Lactalis de Craon était au cœur de l’affaire des laits infantiles contaminés aux salmonelles en 2017. © Google Street View

Le groupe laitier Lactalis, touché en 2017 par un scandale sanitaire sur son activité nutrition infantile, a dégagé un bénéfice net de 387 millions d’euros en 2017 contre 406 millions un an plus tôt.

Le bénéfice net en 2018 sera « en légère amélioration », a indiqué mercredi 6 février le patron de Lactalis, Emmanuel Besnier, lors d’une rare présentation des bilans du groupe devant quelques journalistes. M. Besnier a confirmé l’objectif de Lactalis de réaliser 20 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2020, contre 18,5 milliards d’euros en 2018.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
32%

Vous avez parcouru 32% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Le bénéfice net en 2018 sera « en légère amélioration », a indiqué mercredi 6 février le patron de Lactalis, Emmanuel Besnier, lors d’une rare présentation des bilans du groupe devant quelques journalistes. M. Besnier a confirmé l’objectif de Lactalis de réaliser 20 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2020, contre 18,5 milliards d’euros en 2018.

Les comptes en 2018 également affectés

Les ventes de l’année 2018 ne sont pas encore consolidées par le groupe mais ont été plombées par les changes, notamment en Turquie et au Brésil, ainsi que par l’impact non achevé de la crise sur la nutrition infantile.

A la perte d’exploitation due à l’arrêt de l’usine de Craon, se sont ajoutés 12 millions d’euros de travaux investis par le groupe dans l’usine, ainsi que les indemnisations : le remboursement de boîtes de lait infantile pour les enfants qui n’ont pas été touchés, et des indemnisations pour 25 familles de bébés qui ont été atteints de salmonellose et qui se sont adressées au groupe.

La croissance en 2018 ressort à 0,5 %, mais « hors [effets de] change, la croissance serait à plus de 5 % par rapport à l’année précédente », a précisé le directeur général Daniel Jaouen.

Le groupe, qui a une forte politique de croissance externe matérialisée par ses 8 acquisitions réalisées en 2018, avait une dette nette de 3,2 milliards en 2016 et 4 milliards en 2017.

« Nous sommes une entreprise qui fait beaucoup de croissance et la famille a décidé de réinvestir le cash-flow de Lactalis. Mais nous finançons également la croissance par de la dette », a expliqué M. Besnier.

AFP
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le bovin malade et sa prise en charge

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER