S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Le parquet de Paris ouvre une information judiciaire

réservé aux abonnés

 -

Après plus de neuf mois d’enquête préliminaire, un juge d’instruction va poursuivre les investigations sur la contamination aux salmonelles de laits infantiles n° 1 mondial du lait, qui a affecté des nourrissons à la fin de 2017.

Le pôle de santé publique du parquet de Paris a ouvert le 9 octobre 2018 une information judiciaire contre X pour « tromperie sur les qualités substantielles des marchandises », « blessures involontaires ayant entraîné une incapacité de travail inférieure ou égale à trois mois » et « inexécution par un exploitant du secteur alimentaire de procédures de retrait ou...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
38%

Vous avez parcouru 38% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Le pôle de santé publique du parquet de Paris a ouvert le 9 octobre 2018 une information judiciaire contre X pour « tromperie sur les qualités substantielles des marchandises », « blessures involontaires ayant entraîné une incapacité de travail inférieure ou égale à trois mois » et « inexécution par un exploitant du secteur alimentaire de procédures de retrait ou de rappel d’un produit préjudiciable à la santé ».

Le parquet de Paris a pris cette décision après avoir terminé à la fin de septembre l’analyse de plusieurs milliers de documents saisis à la mi-janvier lors de perquisitions sur quatre sites du géant français du lait, jugeant que les investigations devaient « se poursuivre dans un autre cadre juridique » plus adapté, selon la source judiciaire.

Plus de 300 plaintes

Au total, 53 nourrissons identifiés ont été atteints de salmonellose en France à la fin de 2017, après avoir consommé du lait infantile, essentiellement de marque Milumel ou Picot, sorti de l’usine de Celia de Craon (Mayenne), propriété de Lactalis. Le groupe, dirigé par Emmanuel Besnier, avait alors expliqué que cette contamination était due à « des travaux réalisés dans le courant du premier semestre de 2017 ». Un peu plus de 300 plaintes ont été enregistrées au pôle de santé publique, dont celles déposées par quatre associations.

AFP

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le bovin malade et sa prise en charge

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER