S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Les laits infantiles de Craon de nouveau commercialisés

 -
© Google Street View

Le préfet de la Mayenne, en concertation avec le ministère de l’Agriculture, a autorisé le 18 septembre 2018 la reprise de la commercialisation de laits infantiles du site Lactalis de Craon, ayant fait l’objet d’une contamination à la salmonelle en décembre 2017.

Après la reprise des activités de séchage et de conditionnement de poudres de lait infantile le 4 juillet 2018, l’usine Celia de Craon, propriété du groupe Lactalis, a désormais le feu vert de l’État pour commercialiser sa production.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
38%

Vous avez parcouru 38% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Après la reprise des activités de séchage et de conditionnement de poudres de lait infantile le 4 juillet 2018, l’usine Celia de Craon, propriété du groupe Lactalis, a désormais le feu vert de l’État pour commercialiser sa production.

« Au cours de ces deux derniers mois, l’entreprise Celia, largement réorganisée, a mis en œuvre un plan d’autocontrôle renforcé sur les produits et l’environnement, afin de valider son nouveau plan de maîtrise des risques sanitaires », précise le ministère de l’Agriculture, dans un communiqué publié le 18 septembre 2018.

« Contrôles inopinés »

« Les services de l’État ont procédé à des inspections inopinées du site de production et du dispositif de contrôle interne mis en place par Lactalis ; ils ont également réalisé une série d’analyses officielles qui ont permis d’apporter les garanties sanitaires nécessaires à la reprise de la commercialisation des poudres produites », précise le communiqué.

Toutefois, le préfet de la Mayenne a « imposé une transmission régulière de tous les résultats du plan d’autocontrôle à ses services, ainsi qu’une obligation d’information immédiate de toute détection de salmonelle sur les produits finis et/ou l’environnement de production. Des inspections régulières et inopinées de l’entreprise sont également programmées. »

V. Gu.
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le bovin malade et sa prise en charge

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER