S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Biolait table sur 285 millions de litres en 2019

réservé aux abonnés

 -
© C. Faimali/GFA

Fort d’une progression de la collecte de 32 % sur un an en 2018 par rapport à 2017, le premier collecteur français de lait de vache bio compte poursuivre son développement, tout en limitant les volumes excédentaires.

Après avoir bondi de 40 % sur un an en 2017, la croissance de la collecte de Biolait s’est poursuivie en 2018, pour atteindre 260 millions de litres (Ml). « Cela représente beaucoup d’adaptations et d’aménagements, tant sur l’organisation de la collecte que sur l’accompagnement des nouveaux adhérents et l’octroi de primes à la conversion », rapporte Ludovic Billard, président du groupement...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
29%

Vous avez parcouru 29% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Après avoir bondi de 40 % sur un an en 2017, la croissance de la collecte de Biolait s’est poursuivie en 2018, pour atteindre 260 millions de litres (Ml). « Cela représente beaucoup d’adaptations et d’aménagements, tant sur l’organisation de la collecte que sur l’accompagnement des nouveaux adhérents et l’octroi de primes à la conversion », rapporte Ludovic Billard, président du groupement de producteurs.

Contenir les excédents

Concernant la valorisation du lait, « nous sommes satisfaits, car l’excédent de collecte du printemps 2018 a été relativement contenu, portant à 10 millions de litres (Ml) le volume passé en circuit conventionnel. Par conséquent, le prix moyen payé aux producteurs, toutes primes et toutes qualités confondues, s’est établi en moyenne à 450 €/1 000 l l’an passé ».

« Afin de limiter les volumes excédentaires en 2019, nous avons invité nos producteurs à réduire de 5 % leur production sur la base de leurs livraisons moyennes sur les trois dernières années, poursuit Ludovic Billard. L’effet de la sécheresse de 2018 pourrait aussi se faire sentir. » S’agissant du prix du lait, « un acompte de 400 €/1 000 l est d’ores et déjà prévu, et sera complété au fur et à mesure de l’avancée de la campagne de collecte ».

Poursuivre le développement

Pour autant, Biolait compte bien poursuivre son développement. « À moyen terme, les signaux sont positifs. La consommation de lait bio continue de progresser, et nos clients restent dynamiques. La difficulté est d’accorder nos volumes avec les besoins. Les conversions en agriculture biologique sont très liées à la conjoncture du lait conventionnel et se font par à-coups, alors que la progression de la demande en lait bio suit plutôt une trajectoire linéaire. »

V. Gu.
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER