S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Course à la valeur pour les coopératives

réservé aux abonnés

 -
Damien Lacombe, le président de Coop de France métiers du lait. © C. Faimali/GFA

Pour Coop de France métiers du lait, la stabilisation de la collecte, l’écoulement des stocks de poudre maigre ainsi que les premiers résultats des négociations commerciales sur les marques nationales dessinent un cadre encourageant pour la création de valeur dans la filière laitière française en 2019.

Le rééquilibrage du marché des produits laitiers mis en lumière par le baromètre économique réalisé par le syndicat, permet à « l’action des coopératives laitières » de se faire ressentir sur la valorisation du prix payé aux éleveurs. Coop de France métiers du lait l’affirme ce 12 février 2019 dans un communiqué de presse.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
31%

Vous avez parcouru 31% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Le rééquilibrage du marché des produits laitiers mis en lumière par le baromètre économique réalisé par le syndicat, permet à « l’action des coopératives laitières » de se faire ressentir sur la valorisation du prix payé aux éleveurs. Coop de France métiers du lait l’affirme ce 12 février 2019 dans un communiqué de presse.

« Bilan plutôt positif » pour les négociations commerciales

Les négociations commerciales sur les marques nationales sont une étape charnière pour évaluer l’impact concret de la politique suivie par la filière. Amélioration des relations avec la distribution, création de valeur, redistribution juste, montée en gamme des produits et réponses aux attentes sociétales, tels étaient les principaux chevaux de bataille du syndicat l’an dernier.

« Les négociations commerciales avec la grande distribution se déroulent de façon plus positive que les autres années et des avancées optimistes se dégagent pour la filière. Mais ce n’est qu’une première étape, modère Damien Lacombe, président de Coop de France métiers du lait. Cette tendance doit s’inscrire dans la durée et nous attendons la fin des négociations et leur ruissellement sur les marques de distributeurs et les premiers prix pour effectuer un bilan. »

La quête continue

Malgré les signaux optimistes dégagés par les négociations en cours, le syndicat estime que le compte n’y est pas : « Il faut aller plus loin dans la revalorisation des marchés afin de remplir l’objectif de couvrir les coûts de production. » Il en va, d’après le communiqué, de la pérennité de la filière française tributaire notamment du renouvellement des générations.

A. Courty
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le bovin malade et sa prise en charge

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER