S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

La sécheresse pèsera sur les marges

réservé aux abonnés

 -
© Cédric Faimali/GFA

La Commission européenne anticipe un recul de la collecte laitière de 0,3 % sur le second semestre de 2018, par rapport à 2017. Si le prix du lait peut s’accroître d’ici à la fin de l’année, les marges dégagées par les exploitations devraient être pénalisées par une hausse du coût alimentaire.

« Les conditions climatiques exceptionnellement chaudes et sèches dans le centre et le nord de l’Allemagne, dans le Benelux et dans le nord-est de la France ont fortement impacté la pousse de l’herbe et la production de fourrages », relève la Commission européenne, dans ses prévisions pour la fin de l’année 2018.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
36%

Vous avez parcouru 36% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

« Les conditions climatiques exceptionnellement chaudes et sèches dans le centre et le nord de l’Allemagne, dans le Benelux et dans le nord-est de la France ont fortement impacté la pousse de l’herbe et la production de fourrages », relève la Commission européenne, dans ses prévisions pour la fin de l’année 2018.

En conséquence, Bruxelles table sur un recul de la production laitière de 0,3 % dans l’Union européenne à 28 sur le second semestre de 2018, par rapport à 2017. La croissance de la production laitière pourrait alors s’établir à 0,8 % cette année, par rapport à l’an passé.

« Augmentation des coûts de production »

Alors qu’en août dernier, le prix du lait moyen payé aux producteurs européens était en retrait de 5 % par rapport à 2017, la Commission estime qu’il pourrait « sensiblement progresser d’ici à la fin de l’année. Néanmoins, les marges pourraient rester contenues en raison d’une augmentation des coûts de production, en lien avec l’alimentation du cheptel mais également avec le coût de l’énergie ».

Par ailleurs, les abattages poursuivent leur ascension sur le Vieux Continent, avec une progression de 1 % sur le premier semestre de 2018 par rapport à 2017 (vaches laitières et allaitantes confondues), et un pic de 6 % enregistré en juin dernier, « en raison d’un moindre taux de renouvellement des vaches laitières l’an passé à la même époque ».

V. Gu.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le bovin malade et sa prise en charge

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER