S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

« Le prix de revient moyen est de 396 €/1 000 l »

réservé aux abonnés

 -
© C. Faimali/GFA

Pour la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL), « 5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre ce prix de revient calculé par l’interprofession ».

« Les négociations commerciales sont un moment clé pour concrétiser la revalorisation du marché français des produits laitiers et celle du prix payé aux éleveurs », déclare la FNPL, dans un communiqué publié le 14 novembre 2018.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
35%

Vous avez parcouru 35% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

« Les négociations commerciales sont un moment clé pour concrétiser la revalorisation du marché français des produits laitiers et celle du prix payé aux éleveurs », déclare la FNPL, dans un communiqué publié le 14 novembre 2018.

Alors qu’Intermarché a affirmé consentir des hausses de prix aux entreprises « capables de justifier l’augmentation de la rémunération des agriculteurs » en 2019, le syndicat demande à « tous les industriels et tous les distributeurs de s’engager pour que tous les producteurs de lait puissent vivre de leur métier ».

« Transparence dans les négociations »

Pour la FNPL, « le prix de revient (1) moyen des exploitations laitières françaises conventionnelles atteint 396 €/1 000 litres. Il prend en compte la rémunération des producteurs à hauteur de 2 Smic ». Le syndicat précise qu’« en 2016, seuls 16 % des producteurs ont un revenu supérieur au salaire net moyen français ».

Pour atteindre ce prix de revient de 396 €/ 1 000 l, la FNPL estime que « 5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs » seraient nécessaires, « à condition que ces 5 % soient identifiés en toute transparence dans les négociations commerciales ».

V. Gu.

(1) Le prix de revient avancé par la FNPL correspond « aux coûts de production de l’atelier laitier (l’ensemble des charges) auxquels sont soustraits les aides Pac et les coproduits affectés à l’atelier laitier. »

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le bovin malade et sa prise en charge

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER