S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

« Les discussions patinent » à l’interprofession

 -
© C. Faimali/GFA

La Confédération paysanne dénonce le comportement des industriels laitier au Cniel, l’interprofession laitière. « Et nous sommes loin d’un changement de paradigme dans la construction du prix », assure-t-elle.

« Alors que le conseil d’administration du Cniel s’est tenu ce matin, la Confédération paysanne tient à rappeler qu’elle n’approuvera jamais d’accords interprofessionnels sans une remise en cause profonde du fonctionnement de la filière, lance le syndicat dans un communiqué diffusé ce 25 septembre 2018. Redonner du poids aux valeurs amont créées est une urgence absolue. »
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
33%

Vous avez parcouru 33% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

« Alors que le conseil d’administration du Cniel s’est tenu ce matin, la Confédération paysanne tient à rappeler qu’elle n’approuvera jamais d’accords interprofessionnels sans une remise en cause profonde du fonctionnement de la filière, lance le syndicat dans un communiqué diffusé ce 25 septembre 2018. Redonner du poids aux valeurs amont créées est une urgence absolue. »

Cinq revendications

Quelles sont les attentes de la Confédération paysanne vis-à-vis du Cniel ? L’organisation syndicale en liste cinq :

  • Un canevas de contrat type « pour les organisations de producteurs qui pourront obtenir des aménagements uniquement mieux-disants sur cette base » ;
  • Une garantie d’utilisation « appropriée des indicateurs économiques pour une couverture des coûts de revient des éleveurs » ;
  • Un « droit au repos hebdomadaire des éleveuses et éleveurs par un financement adapté » ;
  • La publication d’indicateurs de valeur du marché intérieur et une connaissance plus fine des valorisations à l’exportation ;
  • Un partage de la valeur ajoutée défini par accord interprofessionnel concernant les démarches « Lait de pâturage » et « Lait sans OGM ».

« Le débat “plan de filière” doit vivre sur le terrain dans l’intérêt de la défense collective du revenu paysan, insiste le syndicat. Industriels et distributeurs doivent payer le travail paysan. Nous ne renoncerons pas et dénoncerons tout pseudo-accord sur ce plan de filière si ce dernier ne s’avère pas à la hauteur pour rééquilibrer le rapport de forces actuel ! »

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le bovin malade et sa prise en charge

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER