S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Le beurre hors de prix, la poudre qui progresse : le prix du lait devrait suivre

réservé aux abonnés

 - -->
©

Produits industriels. La cotation du beurre qui explose, celle de la poudre qui reprend des couleurs malgré le déstockage de la Commission. Il faudrait que les PGC suivent la tendance.

La cotation du beurre poursuit son ascension. Mi-mai, à 6 000 €/t, elle dépasse de 1200 € son niveau de l’an dernier. Les stocks sont aussi plus bas qu’en 2017. Le marché est donc extrêmement tendu et les cours de fin d’été pourraient dépasser la barre des 7 000 €/t. Certains industriels de l’agroalimentaire ont anticipé leurs achats, d’autres qui pariaient sur un pic de collecte...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
39%

Vous avez parcouru 39% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

La cotation du beurre poursuit son ascension. Mi-mai, à 6 000 €/t, elle dépasse de 1200 € son niveau de l’an dernier. Les stocks sont aussi plus bas qu’en 2017. Le marché est donc extrêmement tendu et les cours de fin d’été pourraient dépasser la barre des 7 000 €/t. Certains industriels de l’agroalimentaire ont anticipé leurs achats, d’autres qui pariaient sur un pic de collecte européenne au printemps, accompagné d’un fléchissement des prix, subiront la pénurie. Quoi qu’il en soit, c’est une bonne nouvelle pour le prix du lait en 2018. Tout comme la hausse assez nette de la poudre 0 % (210 € en un mois), cela malgré un nouveau déstockage important de la Commission : 42 000 t au prix minimum de 1155 €/t, plus élevé que l’adjudication du mois d’avril à 1050 €/t. C’est une preuve que la demande mondiale de protéines laitières ne faiblit pas. Cette demande est aussi accentuée par la remontée du prix du pétrole qui donne aux pays producteurs les moyens de s’approvisionner. Enfin, la parité euro/dollar est favorable aux exportations euro­péennes. On peut imaginer une cotation de la poudre qui approcherait ou dépasserait les 2 000 €/t. Dans cette situation, ce sont les négociations avec les GMS qui seront un frein pour le prix du lait au second semestre.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER