S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Les maïs riches en huile ont été évalués

réservé aux abonnés

Rations. Deux essais montrent un effet positif sur la production laitière avec une modification du profil en acides gras du lait. L’utilisation de ces maïs peut être intéressante pour diversifier les sources d’énergie mais avec une baisse de rendement.

La société Panam sélectionne depuis plus de vingt ans des maïs hybrides dont la particularité est d’avoir un grain riche en huile, ce qui leur confère théoriquement une haute valeur alimentaire. Le taux moyen de lipides d’une variété conven­tionnelle se situe aux alentours de 3 %. Les hybrides riches en huile (RH), en raison de leur germe plus volumineux, présentent une teneur en lipide d’environ 7 ...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
11%

Vous avez parcouru 11% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

La société Panam sélectionne depuis plus de vingt ans des maïs hybrides dont la particularité est d’avoir un grain riche en huile, ce qui leur confère théoriquement une haute valeur alimentaire. Le taux moyen de lipides d’une variété conven­tionnelle se situe aux alentours de 3 %. Les hybrides riches en huile (RH), en raison de leur germe plus volumineux, présentent une teneur en lipide d’environ 7 %, et jusqu’à 12 % pour les hybrides très riches en huile (RH+). Ces variétés ont été évaluées dans des rations expérimentales en 2017 par l’Institut de l’élevage, à la ferme des Trinottières (Maine-et-Loire), puis en 2018 à la ferme expérimentale de Grignon-AgroParisTech (Yvelines).

Aux Trinottières, l’expérimentation a comparé une ration à base de maïs RH+ (ensilage de maïs et maïs grain humide) à une autre ration de composition identique, mais avec un hybride conventionnel : 12 kg d’ensilage, 2,5 kg de maïs grain humide et 5 kg de tourteau de colza. Deux lots de vingt vaches ont été répartis pour recevoir pendant onze semaines la ration témoin et la ration RH+.

Cette dernière présentait une teneur en matière grasse élevée de 4,7 %, légèrement en dessous du seuil de 5 % correspondant à la limite haute recommandée. La ration du lot témoin dosait 2,8 % de matière grasse, conforme à ce régime, mais 26,4 % d’amidon, légèrement au-delà de la limite haute, alors que la ration RH+ se tenait à 19,7 % d’amidon. « L’utilisation du maïs grain humide qui dose deux fois plus de matière grasse que le maïs ensilage a permis de bien différencier les deux régimes sur ce critère. Les résultats de l’essai permettent donc de mesurer l’effet d’une ration intégrant un maïs véritablement riche en huile sur les performances des vaches laitières », note-t-on à l’Institut de l’élevage.

Première indication : l’ingestion, d’un niveau élevé, est très proche entre les deux lots (24,2 kg et 24,1 kg de MS). Elle est conforme à une ration riche en MS et en concentrés.

Jusqu’à 2,2 kg de lait en plus par vache et par jour

La production laitière brute moyenne du lot RH + est significativement supérieure à celle du lot témoin de 1,2 kg/vache/jour et l’écart s’accentue au fil des semaines (jusqu’à 2,2 kg/jour). « La teneur en matière grasse de la ration accrue de deux points explique cet effet positif sur la production brute. Mais la production laitière ramenée à 4 % de matières grasses est identique entre les deux lots », note Idele.

En effet la ration très riche en huile a entraîné une baisse du taux butyreux de 1,2 g/kg. Le TP est aussi pénalisé : 32 g/kg contre 33,3 g/kg. « Bien qu’inférieure au seuil de 5 %, la teneur en matière grasse de la ration RH+ a certainement réduit les synthèses en acides gras volatils issus des fermentations ruminales. » Mais, finalement, la production de matière utile est identique entre les deux lots.

Une baisse de rendement de 2,1 t de MS/ha par rapport au témoin

Autre information importante : la ration avec un maïs RH a un impact positif sur la qualité de la matière grasse du lait, avec une baisse de la teneur en acides gras saturés (en particulier C16), une hausse de la teneur en acides gras insaturés (en particulier C18). Mais le rapport oméga 6/oméga 3 est en hausse de 3,7.

L’essai réalisé sur la ferme expérimentale de Grignon-AgroParisTech a d’abord comparé agronomiquement, sur une même parcelle, deux variétés de maïs riches en huile (San Leo et San Tadeo) à une variété cornée-dentée classique (Adevey). La récolte s’est faite en ensilage maïs épi à des teneurs en matière sèche semblables pour les trois hybrides.

Le témoin Adevey a présenté un rendement moyen de 11,9 t/ha de MS, plus élevé de 2,1 t/ha que San Tadeo et de 1,6 t/ha que San Leo.

La synthèse de matières utiles augmentée

Ensuite, deux rations à base d’ensilage maïs épi (8,1 kg par vache laitière), associé à de l’ensilage de luzerne (4,6 kg) et à de l’ensilage maïs (3 kg), ont été comparées. Comme attendu, le maïs épi témoin apportait beaucoup moins de matière grasse et plus d’amidon que le maïs épi riche en huile. Les deux rations ont été évaluées pendant quatorze semaines sur seize vaches. La ration enrichie en huile a permis de produire 1,8 kg par vache laitière et par jour de lait corrigé supplémentaire par rapport au témoin, avec un niveau de production très élevé (42,8 kg).

On constate également une efficacité alimentaire légèrement supérieure, mais surtout une augmentation significative de la synthèse des matières utiles (+ 120 g/VL/j). Comme dans l’essai précédent, la ration avec le maïs riche en huile a entraîné une modification forte du profil en acides gras du lait avec une augmentation de la proportion des acides gras insaturés.

Dominique Grémy
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER