S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Mauvaise surprise pour le beurre dont la cotation plonge, jusqu’à quand ?

Produits industriels. Moins d’achats qu’en 2017 et un ralentissement de la collecte européenne encore trop récent pour influer : le prix du beurre nous laisse dans l’expectative.

Que se passe-t-il pour le beurre, dont la cotation a perdu plus de 1 100 €/t en un mois, bien en dessous de son niveau de 2017 ? L’impact de la sécheresse et du manque de fourrages sur la collecte européenne n’aurait-il aucun effet sur le prix des produits laitiers ? Plusieurs éléments d’explication à cela. Ce ralentissement de la collecte est récent, depuis août seulement. Et il fait suite à une croissance...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
40%

Vous avez parcouru 40% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Que se passe-t-il pour le beurre, dont la cotation a perdu plus de 1 100 €/t en un mois, bien en dessous de son niveau de 2017 ? L’impact de la sécheresse et du manque de fourrages sur la collecte européenne n’aurait-il aucun effet sur le prix des produits laitiers ? Plusieurs éléments d’explication à cela. Ce ralentissement de la collecte est récent, depuis août seulement. Et il fait suite à une croissance de la production sur huit mois. Les fabrications de beurre ont augmenté et les acheteurs, déjà couverts, n’ont pas la même attitude que l’an dernier. D’autant que la consommation s’est ralentie sur tous les marchés. Quelle sera la suite ? Difficile de s’engager, même si nous avons la quasi-certitude qu’il se produira moins de lait en Europe dans les prochains mois. La cotation de la poudre de lait se maintient à un prix toujours sous pression des déstockages de l’intervention (26 000 t vendues à 1 291 €/t fin octobre). Certes, le stock s’amenuise, mais il reste 220 000 t à écouler. Quel niveau faudra-t-il atteindre pour libérer la cotation de la poudre fraîche ? Et profiter aussi de la hausse du pétrole qui s’accompagne généra­lement d’une hausse des prix sur ce produit. Sans doute pas avant la fin du printemps 2019.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER