S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Le renouvellement de générations passera par le prix

réservé aux abonnés

À l’occasion de son assemblée générale, l’OPL a mis sur la table la problématique du renouvellement de générations, dans un contexte où 50 % des chefs d’exploitations ont plus de 50 ans et où un millier d’exploitations laitières disparaissent chaque année. « À ce rythme, 25 % des exploitations vont disparaître d’ici à 2025 et libérer 4 milliards...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
29%

Vous avez parcouru 29% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

À l’occasion de son assemblée générale, l’OPL a mis sur la table la problématique du renouvellement de générations, dans un contexte où 50 % des chefs d’exploitations ont plus de 50 ans et où un millier d’exploitations laitières disparaissent chaque année. « À ce rythme, 25 % des exploitations vont disparaître d’ici à 2025 et libérer 4 milliards de litres, souligne Véronique Le Floc’h, la présidente. Les jeunes ont-ils intérêt à reprendre ces volumes si le prix du lait est insuffisant pour rentabiliser leurs investissements et rémunérer le travail ? »

L’agrandissement continu des structures génère en effet des coûts de reprise jugés en inadéquation avec le prix du lait.

« Le moyen de préserver l’attractivité du métier »

Pour lever les freins à l’installation, l’OPL propose, par exemple, de revaloriser la DJA accordée sans limite d’âge, ou de cautionner les prêts à l’installation par des garanties d’État. « Mais ce sont les prix rémunérateurs qui restent le meilleur moyen de préserver l’attractivité du métier », estime Joris Miachon, responsable de la section jeunes.

Parallèlement, le chiffre d’affaires de l’industrie laitière française a progressé de 28 % entre 2006 et 2016, a rappelé l’OPL, et les projets industriels continuent de se développer, surtout autour des extraits secs. Véronique Le Floc’h est donc convaincue que les laiteries ont les moyens de mieux payer : « La valorisation de la collecte par l’industrie française s’élève à 1 200 €/1 000 l (chiffre d’affaires/volume), contre 750 € en Allemagne, avec un prix du lait équivalent. » Les organisations de producteurs présentes ont rappelé l’enjeu de se regrouper pour aller chercher une part de cette valeur.

Jérôme Pezon
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER