S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Vers un assainissement du marché ?

réservé aux abonnés

 -
© C. Faimali/GFA

L’effet sécheresse continue à se faire fortement ressentir au niveau de la collecte laitière nationale. D’après le Cniel, l’interprofession laitière, cela pourrait avoir des retombées positives sur le marché des produits laitiers.

« La production laitière est en légère baisse en Europe sur les mois de septembre et d’octobre 2018. En France, elle présente un décrochage beaucoup plus accentué », annonce Benoît Rouyer, économiste au Cniel ce lundi 3 décembre 2018. Cette baisse, notamment attribuée au manque de stocks fourragers dans de nombreuses régions, apparaît cependant comme une opportunité d&rsquo...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
26%

Vous avez parcouru 26% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

« La production laitière est en légère baisse en Europe sur les mois de septembre et d’octobre 2018. En France, elle présente un décrochage beaucoup plus accentué », annonce Benoît Rouyer, économiste au Cniel ce lundi 3 décembre 2018. Cette baisse, notamment attribuée au manque de stocks fourragers dans de nombreuses régions, apparaît cependant comme une opportunité d’assainissement du marché.

Collecte en fort recul

La production laitière en France se situe 4 à 5 % en dessous des niveaux de 2017 à la même période. Ces six dernières semaines marquent le décrochage le plus important depuis l’épisode postsécheresse (voir le graphique ci-dessous).

Le prix du lait en dessous de son niveau de 2017

De son côté, en septembre, le prix standard du lait de vache conventionnel est passé pour la première fois de l’année sensiblement sous son niveau de 2017, même s’il reste au-dessus de sa moyenne pour l’année 2017 qui est de 323 €/1 000 l (voir le graphique ci-après).

Le prix payé à l’éleveur pour du lait conventionnel s’élève ainsi à 337 €/1 000 l en septembre. Il est à noter que l’écart est réduit quand les laits bio et AOP sont pris en compte : le prix monte à 351 €/1 000 l.

Une situation propice au marché des produits laitiers ?

Toujours d’après Benoît Rouyer, le prix du beurre se maintient à des niveaux élevés et celui de la poudre le lait écrémé est toujours en dessous du seuil d’intervention. La baisse de la collecte laitière ainsi que la diminution des stocks d’intervention de poudre de lait écrémé (désormais en deçà des 170 000 tonnes) sont autant de facteurs qui « devraient contribuer à assainir la situation du marché des produits laitiers au cours des prochains mois », selon l’économiste.

Le Cniel lance néanmoins une alerte : « La production laitière se redresse sensiblement en Nouvelle-Zélande, et les prix du beurre ne sont pas aussi élevés qu’il y a un an. »

Alexandra Courty
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le bovin malade et sa prise en charge

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER