S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Le marché se rééquilibre

réservé aux abonnés

 -
© Cédric Faimali/GFA

Dans son analyse de la conjoncture laitière publiée le jeudi 20 décembre, l’interprofession laitière (Cniel) met l’accent sur l’amélioration des cours de la poudre de lait.

« Les prix de la poudre de lait écrémé, qui restent encore très bas (en dessous du seuil d’intervention, NDLR), augmentent depuis plusieurs semaines et les importants stocks d’intervention ont considérablement baissé », explique Benoît Rouyer, directeur de l’économie et du territoire au Cniel. En effet, la vente record de 60 000 tonnes de poudre de lait le 13 décembre dernier a permis d&rsquo...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
25%

Vous avez parcouru 25% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

« Les prix de la poudre de lait écrémé, qui restent encore très bas (en dessous du seuil d’intervention, NDLR), augmentent depuis plusieurs semaines et les importants stocks d’intervention ont considérablement baissé », explique Benoît Rouyer, directeur de l’économie et du territoire au Cniel. En effet, la vente record de 60 000 tonnes de poudre de lait le 13 décembre dernier a permis d’abaisser les stocks européens à environ 100 000 tonnes et donc d’assainir le marché des produits laitiers.

Des perspectives « plutôt favorables » pour 2019

Alors que les prix de la poudre de lait se redressent, le cours du beurre est plutôt à la baisse. D’après Benoît Rouyer, « le marché des produits laitiers prend une tournure davantage équilibrée en termes d’offre et de demande. »

Du côté des élevages, la baisse du niveau de production laitière par rapport à 2017 devrait se poursuivre au cours des prochains mois à cause du manque de fourrages des suites de la sécheresse estivale.

Quant au prix du lait, il continue sa progression depuis plusieurs mois. Le prix du lait standard toutes qualités dépassait, en octobre 2018, de 17 €/1 000 litres son niveau de l’année dernière à la même période.

La sécheresse a également eu comme impact de faire grimper les charges opérationnelles des exploitations en jouant notamment sur l’achat d’aliments. Le poste de dépenses correspondant aux « carburants » poursuit également sa grande ascension depuis plus d’un an et demi. L’indice général lpampa (1) a augmenté de près de 6 % par rapport à octobre 2017.

L’économiste rappel néanmoins que « la situation d’ensemble dépendra également du résultat des négociations avec la grande distribution qui se clôturent à la fin du mois de février ».

Alexandra Courty

(1) « L’Ipampa est l’indice des prix d’achat des moyens de production agricole. Il couvre l’ensemble des productions agricoles et suit l’évolution des prix des biens et services utilisés par les exploitants dans leur activité agricole » (définition fournie par l’Idele).

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER