S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

« La loi Égalim a-t-elle un effet positif dans les négociations en cours sur les PGC ? »

réservé aux abonnés

 - -->

Patrick Bénézit, secrétaire général adjoint de la FNSEA

Les choses évoluent dans le bon sens, comme en témoigne la communication de certaines GMS autour d’un prix rémunérateur pour les producteurs. De là à ce que cela se traduise dans le box des négociations par la prise en compte des coûts de production, on n’y est pas encore. C’est pourquoi l’adoption de deux ordonnances, prévoyant un contrôle et des sanctions, est essentielle : celle sur le seuil de revente...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
49%

Vous avez parcouru 49% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Les choses évoluent dans le bon sens, comme en témoigne la communication de certaines GMS autour d’un prix rémunérateur pour les producteurs. De là à ce que cela se traduise dans le box des négociations par la prise en compte des coûts de production, on n’y est pas encore. C’est pourquoi l’adoption de deux ordonnances, prévoyant un contrôle et des sanctions, est essentielle : celle sur le seuil de revente à perte et l’encadrement des promotions, et celle sur les prix abusivement bas. Cette dernière doit offrir un recours juridique aux producteurs pour faire valoir leurs coûts de production sur la part PGC de leurs contrats : c’est-à-dire, selon les indicateurs validés par le Cniel, 396 € et 500 € en bio. Aux OP de s’en saisir, de les proposer à leur acheteur et, le cas échéant, d’attaquer un prix abusivement bas. Sur ce principe, un lait bio à 87 centimes chez Carrefour ne sera plus possible : à ce prix-là, soit le coût de production n’est pas couvert, soit l’enseigne ne respecte pas le seuil de revente à perte. »

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER