error: /eom/SysConfig/MPS/LEL.fr/jsp/header/userinfo.jsp
error: /eom/SysConfig/MPS/LEL.fr/jsp/header/mobileuserinfo.jsp
error: /eom/SysConfig/MPS/LEL.fr/jsp/header/login.jsp
Imprimer Envoyer par mail Commenter

En altitude, le prix du lait ne fait pas tout

réservé aux abonnés

error: /eom/SysConfig/MPS/LEL.fr/jpt/leaves/service/_date_article_mod.jsp?timeMod=20190514082500&timePub=

Tendance. Les chiffres d’Inosys montrent, qu’en zone difficile, la maîtrise des charges et la gestion de l’herbe font la différence.

error: /eom/SysConfig/MPS/LEL.fr/jpt/leaves/article/article_non_abo.jsp
"> «Les résultats 2017-2018 des fermes du réseau Inosys de Rhône-Alpes et Paca, bien qu’établis à partir d’un échantillon restreint de 46 exploitations, permettent de dégager des tendances, analyse Monique Laurent, chef de projet à Idele. En zone difficile, la maîtrise des charges et la valorisation des surfaces en herbe font la différence. » Le document révèle en effet que les herbagers...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
error: /eom/SysConfig/MPS/LEL.fr/jsp/connexion/article.jsp
20%

Vous avez parcouru 20% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !
error: /eom/SysConfig/MPS/LEL.fr/jpt/leaves/article/article_non_abo.jsp
">

«Les résultats 2017-2018 des fermes du réseau Inosys de Rhône-Alpes et Paca, bien qu’établis à partir d’un échantillon restreint de 46 exploitations, permettent de dégager des tendances, analyse Monique Laurent, chef de projet à Idele. En zone difficile, la maîtrise des charges et la valorisation des surfaces en herbe font la différence. » Le document révèle en effet que les herbagers du Massif central (moins de 20 % de maïs dans la SFP) dégagent un revenu disponible par UMO supérieur aux systèmes herbe-maïs et, plus surprenant, aux élevages alpins AOP. « Malgré un potentiel limité, ces systèmes dits “herbagers” consomment moins de fourrages stockés grâce à une meilleure gestion du pâturage. Cette capacité à bien valoriser la ressource disponible permet une production élevée, avec une complémentation à base de céréales, moins chères que le tourteau. » Ces systèmes valorisent aussi mieux la viande via le croisement et la qualité des réformes.

Le maïs pénalisé par la baisse des aides

Les exploitations herbe et maïs des zones de piémont (monts du Lyonnais, contreforts du Massif central) ont davantage développé les volumes sur de petites surfaces. Elles ont un chargement plus élevé et sont plus dépendantes aux intrants. Mais surtout, ces systèmes fourragers ont vu leurs primes Pac rognées à la suite de convergence des aides. Quant aux exploitations herbe et maïs des pré-Alpes, elles se sont souvent agrandies en intensifiant la production à partir des terres labourables. Les prairies naturelles parfois éloignées sont alors sous-valorisées, entraînant une perte d’autonomie.

Les exploitations alpines en AOP ont également un revenu inférieur aux herbagers du Massif central. C’est en partie lié à la mauvaise qualité des foins récoltés au cours de l’exercice. « Le prix du lait AOP ne compense pas tout à fait le faible volume produit/UMO et un coût de production élevé, lié à un parcellaire très morcelé, dans un contexte de forte pression foncière. L’AOP préserve de la volatilité, mais rend aussi plus météo-dépendant. »

Outre des charges de structure inhérentes à la haute montagne, on peut aussi se demander si le prix du lait AOP, qui a tendance à augmenter, maintient les éleveurs, aussi concernés par la baisse des charges que leurs collègues des Alpes du Sud. Dans ce secteur séchant, sans AOP, un gros travail a été mené sur ce thème. « Ainsi, malgré une productivité limitée, l’économie d’intrants autorise une très bonne efficacité (46 % d’EBE). Mais il faut préciser que ce sont des systèmes très dépendants des aides. »

Jérôme Pezon
Massif central (maïs < 18 % SFP)Pré-Alpes maïs + herbe (20 à 35 % de maïs SFP)AOP reblochon et abondance (tout herbe et foin)Alpes du Sud (0 à 15 % de maïs)Zone de piémont et coteaux herbe-maïs (15 à 30 %)
Lait/UMO252 000 l232 000 l154 000 l148 000 l276 000 l
Chargement/hectare1,1 UGB1 UGB0,9 UGB1,3 UGB1,6 UGB
Fourrages stockés utilisés (MS/UGB/an)3,6 t4,5 t3 t3,8 t3,5 t
Lait/VL7 247 l8 193 l6 090 l6 270 l7 852 l
Concentré (par litre)24 g286 g249 g295 g310 g
Prix du lait (/1 000 l)343 €355 €525 €339 €352 €
Prix de revient pour 2 Smic (/1 000 l)378 €429 €548 €374 €411 €
Aides sur produit 20 %22 %19 %32 %14 %
EBE sur produit 41 %34 %41 %46 %31 %
Annuités LMT/EBE34 %45 %46 %23 %31 %
Disponible/UMO exploitant38 108 €22 243 €28 946 €38 677 €28 148 €
Résultats 2017-2018 des élevages laitiers du réseau Inosys de Rhône-Alpes et Paca. Source : Inosys réseaux d’élevage
Imprimer Envoyer par mail Commenter
error: /Comments/List/b9b4ae0e-5530-11e9-8b56-06f4f669bc4e
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct

Sentinelle climatique

error: /eom/SysConfig/MPS/LEL.fr/jpt/leaves/service/_date_article.jsp?timeMod=20190628131447&timePub=20190724143654

Veaux

Mauvaise passe

error: /eom/SysConfig/MPS/LEL.fr/jpt/leaves/service/_date_article.jsp?timeMod=20190716103600&timePub=20190717131307

9 111 €/1 000 kg

error: /eom/SysConfig/MPS/LEL.fr/jpt/leaves/service/_date_article.jsp?timeMod=20190205160926&timePub=20190220081652

367 €/1 000 l

error: /eom/SysConfig/MPS/LEL.fr/jpt/leaves/service/_date_article.jsp?timeMod=20190205160922&timePub=20190206141459