S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Lactalis dément la contamination de lait pour adultes

 -
© Google Street View

L’industriel est accusé d’avoir commercialisé 8 000 tonnes de lait en poudre présentant un risque de contamination par la salmonelle, issues de son site de Craon (Mayenne) en décembre 2017.

Le feuilleton continue. Lactalis est à nouveau pointé du doigt dans le cadre de la contamination de son usine de Craon, dans la Mayenne, par une salmonelle en décembre 2017. Alors que l’affaire concernait des poudres de lait infantiles, le Canard Enchaîné accuse Lactalis d’avoir écoulé 8 000 tonnes de lait en poudre pour adultes, dans son numéro publié ce mercredi 24 octobre 2018.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
32%

Vous avez parcouru 32% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Le feuilleton continue. Lactalis est à nouveau pointé du doigt dans le cadre de la contamination de son usine de Craon, dans la Mayenne, par une salmonelle en décembre 2017. Alors que l’affaire concernait des poudres de lait infantiles, le Canard Enchaîné accuse Lactalis d’avoir écoulé 8 000 tonnes de lait en poudre pour adultes, dans son numéro publié ce mercredi 24 octobre 2018.

Le ministère de l’Économie et des Finances est, au passage, également taclé par l’hebdomadaire. « Ses services se gardent bien de préciser que la poudre de lait pour adultes n’est pas concernée par la mesure (de retrait et rappel des poudres infantiles fabriquées à Craon, NDLR) », affirme « Le Canard ».

« Accusations sans fondement ».

Dans un communiqué publié ce 24 octobre, Lactalis « dément et condamne fermement les accusations sans fondement parues dans le Canard Enchaîné ». Pour sa défense, l’industriel explique que « le phénomène de contamination a toujours été limité aux fabrications de la tour 1 de l’usine de Craon, provoquant d’ailleurs l’arrêt définitif de cette tour et son démantèlement ».

Concernant la seconde tour de séchage, Lactalis assure que « les retraits rappel ont été étendus aux produits fabriqués par la Tour 2 dès lors qu’ils ont utilisé des circuits de conditionnement communs à ceux de la Tour 1. Les 8 000 tonnes visées par le Canard Enchaîné ont été fabriquées sur la Tour 2 non-objet de la contamination et conditionnées sur un circuit d’ensachage indépendant ». Ces produits n’auraient donc pas été concernés par la procédure de retrait/rappel..

V. Gu.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le bovin malade et sa prise en charge

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER