S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

La France déclare la guerre à la BVD

réservé aux abonnés

 -
Ce programme national de détection de la BVD est une première étape vers l’éradication de cette maladie. © S. Champion/Reportage

Dans un arrêté publié dans le Journal officiel, le ministère de l’Agriculture détaille les modalités de mise en œuvre d’un programme national de détection de la maladie.

Éradiquer la BVD, telle est l’ambition du ministère de l’Agriculture. Pour y parvenir, l’arrêté publié le 31 juillet au Journal officiel de la République française prévoit la mise en place de « l’attribution d’un statut aux bovinés vis-à-vis de la BVD, le déploiement d’un dispositif de surveillance et la généralisation des mesures d’assainissement des...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
17%

Vous avez parcouru 17% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Éradiquer la BVD, telle est l’ambition du ministère de l’Agriculture. Pour y parvenir, l’arrêté publié le 31 juillet au Journal officiel de la République française prévoit la mise en place de « l’attribution d’un statut aux bovinés vis-à-vis de la BVD, le déploiement d’un dispositif de surveillance et la généralisation des mesures d’assainissement des troupeaux ». Il précise également que les frais engendrés par les mesures prévues sont à la charge des détenteurs.

Diagnostic et dépistage

La recherche d’animaux infectés est rendue obligatoire pour tous les troupeaux de bovinés.

La surveillance s’effectue :

  • Soit par une recherche directe du virus BVD sur tous les animaux à la naissance dans le troupeau lors d’un prélèvement réalisé dans les délais réglementaires de leur identification ;
  • Soit par surveillance au minimum semestrielle par analyses sérologiques sur le lait de mélange produit par le troupeau contrôlé ;
  • Soit par surveillance annuelle par analyses sérologiques sur un sérum de mélange issu d’un échantillon représentatif de bovins non marqués sérologiquement et présents dans l’élevage depuis au moins trois mois.

Les analyses sérologiques doivent être obligatoirement complétées par une recherche des IPI en cas de résultat défavorable.

Troupeaux suspects

Lorsqu’un troupeau est suspect d’être infecté de BVD, des mesures complémentaires de dépistage sont mises en œuvre sur les animaux considérés à risque d’infection. En l’absence de mise en œuvre des mesures requises sous quatre mois, le troupeau est considéré comme infecté.

Lorsque des dépistages mettent en évidence une circulation virale ou la présence d’au moins un animal reconnu IPI ou infecté dans le troupeau, le troupeau devient infecté de BVD

La sortie des animaux depuis un troupeau suspect de BVD est conditionnée à un dépistage virologique avec résultat favorable dans les quinze jours précédant la sortie pour les animaux dont le statut infectieux au regard de la maladie n’est pas connu.

Troupeaux infectés

Un troupeau infecté de BVD doit faire l’objet d’un assainissement selon les mesures suivantes :

  • Dépister, dans le mois suivant la notification de l’infection, l’ensemble des animaux du troupeau par une recherche directe du virus de la BVD ;
  • Dépister, par une recherche directe de virus de la BVD, tous les animaux naissant dans les 12 mois suivant l’élimination du dernier porteur de virus mis en évidence.

Les animaux reconnus IPI sont éliminés du troupeau le plus rapidement possible et au plus tard dans un délai de quinze jours suivant la notification au détenteur par envoi vers un abattoir ou vers un équarrissage (après euthanasie).

La sortie des animaux depuis un troupeau infecté de BVD n’est pas autorisée vers un autre élevage tant que l’ensemble des animaux n‘a pas présenté un résultat négatif à une recherche directe du virus et que le dernier animal porteur de virus n’est pas éliminé du troupeau.

La sortie des animaux reconnus IPI du troupeau n’est autorisée que pour leur transport direct vers un abattoir.

V. Guyot
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER