S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Eurial à l’assaut du marché bio

réservé aux abonnés

Les ventes de l’ultrafrais en France reculent de 2 % par an depuis cinq ans. Eurial, la branche lait du groupe Agrial, n’échappe pas à cette érosion. De 350 000 t en 2013, sa filiale Eurial Ultrafrais est tombée à 300 000 t en 2018, essentiellement en marques de distributeurs. L’arrivée de l’américain Schreiber l’année prochaine ne va pas arranger les choses, une fois son usine franç...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
25%

Vous avez parcouru 25% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Les ventes de l’ultrafrais en France reculent de 2 % par an depuis cinq ans. Eurial, la branche lait du groupe Agrial, n’échappe pas à cette érosion. De 350 000 t en 2013, sa filiale Eurial Ultrafrais est tombée à 300 000 t en 2018, essentiellement en marques de distributeurs. L’arrivée de l’américain Schreiber l’année prochaine ne va pas arranger les choses, une fois son usine française en service. « C’est un marché de 20 000 t que nous allons perdre », déplore Patrick Falconnier, directeur d’Eurial Ultrafrais.

Les produits frais bio sous-représentés

Eurial réagit et développe des produits à marques pour des marchés à la croissance très prometteuse. Fin 2017, c’était le lancement des desserts À Bicyclette 100 % végétal, fabriqués dans l’usine de Château-Salins (Moselle), avec un objectif de 6 000 tonnes en 2019. Le mois dernier, au Space de Rennes, c’était au tour des yaourts et crèmes desserts sous la marque Les 300 & bio. Traduisez : les trois cents producteurs bio et en conversion qui livrent aujourd’hui 85 Ml et l’année prochaine 100 Ml. « Le lait collecté chez nos adhérents est transporté à Gruchet-le-Valasse (Seine-Maritime) pour fabriquer les fromages frais et desserts, et à Jouy (Yonne) pour les yaourts. Les producteurs contractualisés avec Eurial Ultrafrais ne participent pas à cette démarche », indique Bruno Martel, président du « métier bio » d’Eurial. Les 300 & bio vont remplacer la marque historique Bionat qui occupe 1 500 tonnes. « Nous voulons doubler ce volume fin 2019. Avec 3 % du marché ultrafrais, le bio est sous-représenté mais enregistre une croissance annuelle de 20 %. Nous allons répondre à cette dynamique. » La filiale vend déjà 20 000 tonnes sous MDD bio, à partir de livraisons principalement de Biolait.

Eurial voit large. Elle s’est fixé un objectif de collecte de 140 à 150 Ml d’ici à 2022. « De 30 €/1 000 l, nous étudions la possibilité d’augmenter la prime de conversion à 40 € », dit Bruno Martel. En 2017, Eurial a payé le lait bio 472 €/1 000 l.

Claire Hue
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le bovin malade et sa prise en charge

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER