S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

La carence en sélénium aurait pu être fatale

réservé aux abonnés

 - -->
Vétérinaire en MoselleFlorian Spieser

Oubli. Au pâturage, la mère du veau n’avait à disposition qu’une pierre à lécher sans sélénium dans une région au sol pauvre en cet oligo.

Un éleveur de holstein s appelle pour soigner un veau femelle qui n’arrive pas à se tenir debout. À mon arrivée dans la ferme, j’apprends que ce veau, âgé de trois semaines, a présenté un épisode de diarrhées sans atteinte de l’état général, il y a quelques jours, et s’alimente normalement. Les veaux sont élevés jusqu’à l’âge de quatre semaines environ...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
13%

Vous avez parcouru 13% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Un éleveur de holstein s appelle pour soigner un veau femelle qui n’arrive pas à se tenir debout. À mon arrivée dans la ferme, j’apprends que ce veau, âgé de trois semaines, a présenté un épisode de diarrhées sans atteinte de l’état général, il y a quelques jours, et s’alimente normalement. Les veaux sont élevés jusqu’à l’âge de quatre semaines environ en niches individuelles et sont nourris au lait entier. À l’examen à distance, on remarque qu’il parvient à se lever sur ses membres postérieurs mais pas sur ses antérieurs. Dans cette position, il essaie de manger l’herbe présente devant sa niche à veau.

Myopathie dégénérative

À l’examen clinique , le veau n’a pas de fièvre, n’est pas déshydraté, ne présente pas de gonflement articulaire, ni ombilical, aucune déformation des membres, aucune contracture ou laxité au niveau des quatre membres. L’abdomen n’est pas ballonné et il n’y a pas de diarrhée. L’auscultation révèle une augmentation de la fréquence cardiaque sans difficulté respiratoire. Cependant, l’éleveur trouve que, la veille, le veau respirait avec une fréquence augmentée. Le tableau clinique avec un veau sans fièvre, sans abattement, présentant une impossibilité à se mettre debout sur ses membres antérieurs et avec une légère tachycardie me fait penser à une myopathie dégénérative par carence en vitamine E et sélénium (unique hypothèse diagnostique que j’ai à l’esprit face à ce cas) à un stade précoce. Je demande alors à l’éleveur si les vaches en lactation et taries reçoivent un minéral contenant du sélénium. Nous nous rendons devant les stocks de minéral et l’examen des étiquettes prouve que les apports sont corrects.

Le sélénium passe la barrière du placenta

Mon hypothèse diagnostique est mise à mal puisqu’il existe un transfert du sélénium au travers du placenta lors de la gestation chez les bovins, permettant de couvrir six semaines d’apport lorsque la femelle gestante n’est pas carencée. L’éleveur me précise tout à coup que ce veau est celui d’une primipare élevée en pâturage avec un apport de minéraux par pierre à lécher ne contenant pas de sélénium.

Mon hypothèse redevient probable, surtout qu’en Moselle, les sols sont pauvres en sélénium. Je mets immédiatement en place un traitement ciblé pour cette carence, en injectant par voie intramusculaire un médicament contenant du sélénium et en faisant avaler une seringue de gel contenant vitamine E et sélénium. Je réalise aussi une prise de sang pour doser les enzymes musculaires (CPK) à la clinique. Je trouve ce cas troublant et j’espère que la prise de sang confirmera mon diagnostic.

De retour à la clinique, l’analyse des CPK donne un résultat supérieur à la norme, mais pas très élevé. Cela ne me permet pas de confirmer mon diagnostic à 100 %. Je suis sceptique sur l’avenir de ce veau et demande à l’éleveur de rappeler dans quelques jours.

Quatre jours plus tard, l’état du veau est légèrement meilleur. Je demande donc à l’éleveur de passer chercher un médicament injectable contenant du sélénium afin d’en réadministrer au veau. L’éleveur va réaliser l’injection le jour même et le lendemain, le veau se lève seul. La prise en charge très rapide de ce cas grâce à l’observation attentive de l’éleveur a permis un traitement ciblé et précoce, ce qui a favorisé une guérison rapide.

Cela a probablement empêché un diagnostic fiable à 100 % avec l’analyse de sang, mais puisque l’administration de sélénium seule a suffi à la guérison, on peut considérer que ce diagnostic était juste.

Sélénium injectable pour l’hiver prochain

Tout éleveur doit s’assurer de la couverture en vitamines, minéraux et oligoéléments de l’ensemble de son cheptel (veaux, renouvellement, taurillons…) et pas uniquement des animaux en lactation. Les veaux qui naîtront dans cet élevage recevront du sélénium injectable cet hiver.

Examen clinique. Le veau est sans fièvre, sans abattement, mais ne parvient pas à se mettre debout sur ses membres antérieurs. Il est en légère tachycardie. © f.spieser
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le bovin malade et sa prise en charge

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER