S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

L’écornage a déclenché une sinusite

réservé aux abonnés

 - -->
Symptômes. Le vétérinaire constate un écoulement purulent sur le moignon de la corne droite ainsi qu’un jetage nasal purulent modéré sortant de la narine droite. La température rectale est de 40,3°C. © Florian Spieser

Une mauvaise pratique de l’écornage, effectué par temps froid et venteux, a conduit à une grave infection.

Un éleveur laitier appelle pour que nous examinions une vache laitière multipare. Elle a vêlé il y a quelques semaines et n’est pas en forme. À mon arrivée, il m’indique avoir mesuré la température rectale à 38,9°C et m’explique avoir écorné la vache le jour du vêlage car elle présentait de grandes cornes.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
17%

Vous avez parcouru 17% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Un éleveur laitier appelle pour que nous examinions une vache laitière multipare. Elle a vêlé il y a quelques semaines et n’est pas en forme. À mon arrivée, il m’indique avoir mesuré la température rectale à 38,9°C et m’explique avoir écorné la vache le jour du vêlage car elle présentait de grandes cornes.

À l’examen clinique, je repère un écoulement purulent sur le moignon de la corne droite ainsi qu’un jetage nasal ­purulent modéré sortant de la narine droite.

Le port des oreilles est normal, la température rectale est de 40,3°C et une diminution de la rumination est constatée.

Face à ce tableau clinique, un diagnostic de sinusite post-écornage est établi. La discussion avec l’éleveur m’apprend ensuite que, lorsqu’il écorne un animal adulte, il n’obstrue pas l’orifice à l’extrémité du moignon de corne avec un dispositif adapté (scotch, bande à pied…). De plus, l’écornage a eu lieu par temps froid et le vent était régulièrement assez fort au cours des jours et semaines qui ont suivi. Un traitement médical est mis en place. Il consiste en premier lieu à rincer le sinus à l’aide d’une solution désinfectante très diluée, ce qui permet d’évacuer une partie du pus présent.

Antibiothérapie et anti-inflammatoire

Puis une antibiothérapie est mise en place pour une durée de plusieurs jours. Un anti-inflammatoire est ajouté au traitement.

Les sinusites chez les bovins adultes sont quasi uniquement rencontrées à la suite des écornages (la deuxième cause, en fréquence, est une dent infectée). Les conditions de réalisation des écornages peuvent déclencher leur apparition. Les facteurs favorisants sont notamment la poussière et le vent fort. Un grand nombre de bactéries différentes peut être rencontré. Le traitement recommandé en l’absence d’analyse repose sur un anti-inflammatoire non stéroïdien et un antibiotique adapté pendant plusieurs jours.

Un traitement chirurgical est aussi possible par trépanation du sinus atteint mais il est rarement pratiqué.

L‘écornage des bovins adultes devrait être une pratique de plus en plus rare, surtout en élevage laitier. Lorsque l’écornage s’avère nécessaire (mauvais écornage sur le jeune veau), quelques recommandations peuvent être données.

Cinq règles à suivre absolument

Réaliser l’écornage par temps sec, peu venteux et dans un local non poussiéreux.

Utiliser du matériel propre.

Écorner quand l’animal est le plus jeune possible, afin que le sinus frontal ne soit pas encore trop développé, ce qui limite la communication de ce dernier avec le milieu extérieur via le moignon de la corne.

Mettre en place un pansement pendant quelques jours afin de limiter la contamination du sinus, si celui-ci communique avec l’extérieur à la suite de l’écornage. Ce pansement est laissé en place jusqu’à ce qu’il tombe. La cicatrisation complète dure environ quatre semaines.

Les bonnes pratiques d’élevage visant à assurer le bien-être animal (sédation, analgésie, anesthésie locale, écornage précoce…) doivent aussi être respectées.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le bovin malade et sa prise en charge

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER