S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Doper la croissance pour une carrière plus productive

réservé aux abonnés

 - -->

Maximiser la croissance des génisses en début de vie contribue à avancer l’âge au vêlage, mais vise aussi à renforcer les performances de la future laitière.

L’augmentation des volumes de lait distribués aux génisses jusqu’au sevrage est une tendance exprimée dans les publications techniques et scientifiques, mais pas encore sur le terrain, où la pratique de deux repas par jour de deux litres reste courante, de même que celle qui consiste à distribuer un seul repas par jour pour répondre à des contraintes de main-d’œuvre limitée.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
30%

Vous avez parcouru 30% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

L’augmentation des volumes de lait distribués aux génisses jusqu’au sevrage est une tendance exprimée dans les publications techniques et scientifiques, mais pas encore sur le terrain, où la pratique de deux repas par jour de deux litres reste courante, de même que celle qui consiste à distribuer un seul repas par jour pour répondre à des contraintes de main-d’œuvre limitée.

Nutritionniste au contrôle laitier québécois, Débora Santschi préconise des plans d’allaitement prévoyant 10 litres de lait par jour et davantage, sans risques d’engraissement. L’objectif étant de maximiser les GMQ, en vue d’optimiser les performances de la future laitière, à condition de maîtriser l’hygiène de la nurserie, mais aussi de planifier un sevrage progressif, pour amener à la consommation de l’aliment solide.

Une première insémination plus précoce

L’avancée de l’âge de la mise à la reproduction doit aussi permettre de compenser le surcoût lié à la distribution de volumes de lait plus importants. C’est le pari réussi par Kévin Rémy, dans la Meuse, chez qui la mise en œuvre d’un plan d’allaitement à volonté au Dal, au cours du premier mois de vie, autorise une première insémination dès l’âge de 13 mois. À la station Inra de Méjusseaume (Ille-et-Vilaine), intensifier la croissance des retardataires permet de les mettre à la reproduction en même temps que les génisses nées deux à trois mois plus tôt. Plus à l’ouest, dans le Finistère, Jérôme Daniel mise non seulement sur la phase lactée, mais aussi sur une herbe de qualité via le pâturage tournant pour sécuriser à moindre coût la croissance de ses génisses bio.

PAR Jérôme Pezon et Claire Hue
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER