S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Pour Ferus, l’ours n’est pas l’ennemi de l’élevage

réservé aux abonnés

 -
© Pixabay

Dans un communiqué publié le 21 août 2019, signé par de nombreuses associations environnementalistes françaises et espagnoles, Ferus réaffirme que l’ours brun et l’élevage de montagne sont deux éléments indissociables de l’écosystème pyrénéen.

Ferus propose de « promouvoir un « contrat » avec le secteur de l’élevage pour apporter des réponses non seulement au retour de l’ours mais aussi à son propre avenir. » L’association assure qu’une « démonstration existe depuis de nombreuses années, dans les Monts cantabriques, où l’ours n’est pas l’ennemi des activités d’élevage de montagne...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
29%

Vous avez parcouru 29% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Ferus propose de « promouvoir un « contrat » avec le secteur de l’élevage pour apporter des réponses non seulement au retour de l’ours mais aussi à son propre avenir. » L’association assure qu’une « démonstration existe depuis de nombreuses années, dans les Monts cantabriques, où l’ours n’est pas l’ennemi des activités d’élevage de montagne et que l’ours apporte une économie complémentaire aux territoires de montagne, en promouvant un tourisme de nature là où il habite. »

Innover dans la gestion du bétail

Pour les militants, la solution de la cohabitation passe par des solutions qu’ils promeuvent depuis longtemps comme les chiens de protection, les clôtures… ou la recherche et l’innovation sur les mesures de gestion du bétail et la réduction des dommages et aides à l’élevage extensif au titre des services écosystémiques, en explorant des instruments de financements européens, des incitations ou des exonérations fiscale.

C’est sur le ton du reproche que Ferus demande aux « gouvernements des régions autonomes et les organisations agricoles de bien vouloir se mettre au travail avec « une attitude responsable et constructive pour résoudre les problèmes concrets de l’éleveur et ne pas utiliser l’ours comme bouc émissaire dans un but électoraliste à courte vue ».

Cette liste de préconisations reste éloignée des revendications des éleveurs, soutenus récemment par une centaine d’élus devant la préfecture de Toulouse. Quant à Frédéric Denhez, écrivain et spécialiste de l’environnement, invité le 16 août de l’émission « C’est dans l’air » sur France 5, il se demande pourquoi « le monde scientifique a accepté que l’État introduise des ours de façon autoritaire dans un environnement qui n’était plus le leur ».

M.-F. M.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER