S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

La poudre repart à la hausse, le beurre stagne loin des cotations de l’an dernier

 - -->

Produits industriels. La ressource laitière mondiale peu abondante devrait profiter aux exportations européennes, d’autant que les cours océaniens sont supérieurs à ceux de l’UE.

La poudre 0 % a gagné 130 €/t en un mois et s’installe durablement au-dessus des 2 000 €/t. La production laitière euro­péenne a été maintenue au premier trimestre et la demande mondiale reste dynamique. Les achats de poudre de la Chine ont bondi de 28 % sur les trois premiers mois de 2019. On sera un peu moins optimiste pour le beurre dont la cotation stagne depuis mars, avec une légère baisse mi-mai. Il...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
41%

Vous avez parcouru 41% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

La poudre 0 % a gagné 130 €/t en un mois et s’installe durablement au-dessus des 2 000 €/t. La production laitière euro­péenne a été maintenue au premier trimestre et la demande mondiale reste dynamique. Les achats de poudre de la Chine ont bondi de 28 % sur les trois premiers mois de 2019. On sera un peu moins optimiste pour le beurre dont la cotation stagne depuis mars, avec une légère baisse mi-mai. Il semblerait qu’il y ait des excédents de stocks dans l’UE, liés à une baisse de la consommation après deux ans de prix élevés. Pas de panique pour autant : le pic de collecte étant passé, on pourrait conserver ce niveau d’environ 4 200 €/t. Il est aussi remarquable de constater que le prix européen du beurre est très en dessous du cours océanien (5 000 €/t), ce qui laisse espérer des débouchés à l’export qui ne se sont pas encore concrétisés. Car sur le marché mondial, l’UE apparaît dans une situation exceptionnelle face à une production néo-zélandaise en berne (- 8 % en avril) qui ne reviendra pas avant novembre, et des USA englués dans une guerre commerciale avec la Chine qui, par ricochet, devrait favoriser les produits européens. Mais la visibilité reste faible et l’incertitude du Brexit demeure.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER