S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Nous aurons peu de visibilité avant le passage du pic de collecte dans l’UE

Produits industriels. Les acheteurs attendent et les cours ne bougent plus. Deux interrogations sont à lever : l’amplitude du pic de collecte et, toujours, l’issue du Brexit.

Le marché des produits industriels est peu actif. La cotation du beurre est stabilisée depuis plusieurs semaines à 4 200 € la tonne. Deux explications à cet attentisme des acheteurs. Tout d’abord, la remontée saisonnière de la collecte euro­péenne, dont on ne sait pas quelle sera l’amplitude. Si la production française reste maintenue, elle pourrait repartir à la hausse ailleurs. Ensuite, les atermoiements...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
41%

Vous avez parcouru 41% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Le marché des produits industriels est peu actif. La cotation du beurre est stabilisée depuis plusieurs semaines à 4 200 € la tonne. Deux explications à cet attentisme des acheteurs. Tout d’abord, la remontée saisonnière de la collecte euro­péenne, dont on ne sait pas quelle sera l’amplitude. Si la production française reste maintenue, elle pourrait repartir à la hausse ailleurs. Ensuite, les atermoiements du Brexit continuent de peser sur le marché. Même le report de la sortie au 31 octobre n’a pas rassuré les acheteurs sur l’éventualité d’un no deal, synonyme d’écroulement des cours. Ceux qui se couvrent actuellement pour le second semestre ont trop peur de faire la mauvaise affaire. La poudre de lait a même perdu quelques dizaines d’euros en un mois. Les stocks euro­péens dans les entreprises et chez les traders s’amenuisent mais restent à un niveau élevé. In fine, les opérateurs s’accordent pour dire que la visibilité sur les prochaines semaines est faible. Il faudra attendre le pic de la production européenne pour que l’horizon se dégage. Car les fondamentaux du marché ne sont pas dégradés, avec une demande mondiale toujours dynamique et des prix actuellement plus élevés que les cotations européennes.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER