S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Dossier. Le retour à l’aire libre

réservé aux abonnés

 - -->

L’aire paillée reste un modèle très pertinent, même pour les grands troupeaux, mais un nouveau concept de litière compostée-malaxée, étudiée de près aux Pays-Bas et adaptée par quelques éleveurs français, fait son apparition. Témoignages.

Les bâtiments en logettes auraient-ils vécu ? Il serait excessif de l’affirmer. Ils conservent toute leur place, à condition de leur donner le confort nécessaire : des logettes bien réglées et des sols variés. Pour autant, plusieurs éleveurs sont restés fidèles à l’aire paillée, quelle que soit la taille de leur troupeau, avec ou sans robot de traite. Là aussi, la mauvaise réputation...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Les bâtiments en logettes auraient-ils vécu ? Il serait excessif de l’affirmer. Ils conservent toute leur place, à condition de leur donner le confort nécessaire : des logettes bien réglées et des sols variés. Pour autant, plusieurs éleveurs sont restés fidèles à l’aire paillée, quelle que soit la taille de leur troupeau, avec ou sans robot de traite. Là aussi, la mauvaise réputation de l’aire paillée sur la qualité du lait et les infections mammaires peut être dépassée avec des curages très fréquents, la bonne densité animale et une ventilation optimale. Ailleurs en Europe, là où la paille se fait rare, le modèle des logettes sur lisier paraissait inébranlable. Soucieux d’améliorer la santé et le confort des vaches, des éleveurs néerlandais et autrichiens ont imaginé un autre concept, déjà vu aux USA ou en Israël : une aire libre, sans paille, avec un curage annuel. Ce sont les litières compostées-malaxées. Objectif : améliorer la longévité des vaches et répondre à la demande sociétale sur le bien-être. Mais la maîtrise sanitaire avec ce type de couchage suppose une ventilation très performante et des bâtiments plus grands, donc plus coûteux. Alors une poignée d’éleveurs français ont imaginé une solution intermédiaire : une aire libre, de la même surface qu’une aire paillée classique, mais avec une fréquence de recharge et de curage de la litière très limitée, toujours avec une ventilation du bâtiment bien étudiée. Vous découvrirez ce modèle au Gaec de l’Enclos. Le résultat est assez bluffant. Certes, quelques exemples de réussite ne font pas force de loi. Ces litières compostées-malaxées réclament l’acquisition d’autres références, notamment sur les volets sanitaire et environnemental. Pour ce qui est du confort de l’animal et du temps de travail de l’éleveur, l’affaire est entendue.

Dominique Grémy
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le bovin malade et sa prise en charge

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER