S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Dossier. Ces exploitations qui encaissent mieux que les autres

réservé aux abonnés

 - -->
© Cédric FAIMALI

Depuis une quinzaine d’années, la multiplication des aléas de tout ordre (climatique, sanitaire, économique, réglementaire), la volatilité liée à la sortie des quotas et le manque de visibilité sur l’avenir soumettent les exploitations laitières à rude épreuve. Comment faire pour être plus résistant ?

De durée et d’intensité variables, ces crises successives n’ont pas touché de la même façon toutes les exploitations. De nombreux élevages ont dû assécher leur trésorerie et accroître leur endettement pour faire face à la chute de leur EBE et de leur revenu. Certains ont mieux résisté que d’autres. Forte de ce constat, une équipe de l’Institut de l’élevage, piloté...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

De durée et d’intensité variables, ces crises successives n’ont pas touché de la même façon toutes les exploitations. De nombreux élevages ont dû assécher leur trésorerie et accroître leur endettement pour faire face à la chute de leur EBE et de leur revenu. Certains ont mieux résisté que d’autres. Forte de ce constat, une équipe de l’Institut de l’élevage, pilotée par Jocelyn Fagon et Dominique Caillaud, a souhaité approfondir le mode de fonctionnement et de gestion de ces entreprises pour comprendre pourquoi elles ont été en meilleure capacité d’absorber et d’encaisser les chocs. Qu’est-ce qui leur a permis de passer les caps difficiles, de maintenir leur revenu dans la durée. Qu’est-ce qui a fait leur résilience ?

À cet effet, les données technico-économiques d’un échantillon constant de 330 fermes du dispositif Inosys-Réseaux d’élevage ont été analysées sur sept ans (2007-2013). À l’intérieur de quatre systèmes de production différents(1) et sur la base du revenu moyen disponible par UMO(2), des profils d’exploitations plus ou moins robustes ont été identifiés. Dans chaque profil, les exploitations les plus résilientes (quartile supérieur) ont été comparées à leurs homologues les moins résilientes (quartile inférieur), sur la base d’un ensemble de critères permettant de les caractériser en termes de dimension, de productivité de la main-d’œuvre, de niveau d’autonomie alimentaire, de fonctionnement technique (intensification du système, reproduction), de maîtrise des charges opérationnelles (alimentation, énergie, fertilisation) et, plus généralement, d’efficacité économique.

Pour compléter ces données quantitatives, des « focus group », organisés fin 2016 dans quatre régions françaises, ont permis à des éleveurs d’échanger sur la notion de résilience et sur ses leviers. À travers ces réunions participatives, la résistance a pu être abordée de façon plus qualitative, en s’ouvrant aux dimensions sociales et environnementales.

Les cinq principauxenseignements

Les exploitations laitières les plus résilientes sont plus robustes financièrement  : leur niveau de revenu disponible est plus stable d’une année sur l’autre, celui d’efficacité technico-économique est plus élevé. Globalement, les exploitations résilientes présentent une forte productivité du travail (lait par UMO) et un niveau d’efficience économique supérieur.

Celle-ci est souvent associée à une bonne autonomie alimentaire, à une maîtrise des charges, à des choix d’investissement raisonnés et efficaces (combinés à des augmentations de production adéquates). Les marges brutes des ateliers résilients sont supérieures de 30 à 60 €/1 000 litres de lait à celles observées en moyenne au sein de chaque famille de système. Le poids des charges de structure dans le produit brut est inférieur de 2 à 3 points.

Le caractère résilient d’une exploitation laitière n’est pas forcément lié à un type de système . Même si, dans l’étude, les exploitations en polyculture-élevage se retrouvent plus fréquemment parmi les exploitations les plus résilientes. « La polyculture tire les moyennes de revenu par UMO vers le haut à cause d’un niveau d’aides par UMO plus élevé, note Jocelyn Fagon. Cela est lié à un pourcentage de maïs plus important dans l’assolement, et à un volume de lait produit/UMO supérieur (455 000 litres en polyculture-élevage de plaine, soit 130 000 litres de plus que les spécialisés). Les économies d’échelle entre ateliers culture et élevage et la bonne performance des cultures sur cette période 2007-2013 expliquent également cette situation. »

La résilience n’est pas liée à un type de stratégie  : voie « volume », voie « économe », voie « valeur ajoutée ». Elle dépend plutôt de la cohérence et de la maîtrise des choix opérés dans la trajectoire d’évolution de l’exploitation. « Si l’objectif retenu est de produire plus, il sera essentiel de continuer à maîtriser le nouveau système aussi bien qu’avant, en veillant à ce que les charges n’augmentent pas plus vite que les produits, note Monique Laurent, de l’Institut de l’élevage. De même, la croissance des annuités ne devra pas s’accompagner d’une baisse de l’efficacité économique du système (EBE). Il faudra être capable de piloter les nouveaux équipements dont l’élevage s’est doté. » L’analyse de certains échecs montre que cela n’est pas gagné d’avance.

Insuffisamment maîtrisé, l’agrandissement de l’atelier lait ou le regroupement d’exploitations distantes constitue un facteur de risques qui doit être pris en compte. La conduite­ du troupeau ou des surfaces peut ne pas être optimale, faute de temps à consacrer à l’un des sites repris. Les modifications du système induites par l’agrandissement peuvent fragiliser l’atelier : l’abandon du pâturage à la suite de l’introduction du robot exigera davantage de fourrages stockés. Il faudra gérer les concentrés pour éviter que les coûts n’explosent.

On peut être petit et résilient. Bien que les exploitations les plus résilientes soient souvent les plus grandes, la dimension de la structure n’a pas été retenue comme un facteur déterminant. L’efficacité technico-économique et la cohérence du système de production interviennent davantage.

Pour renforcer la capacité de résistance de son exploitation face aux aléas divers et variés, l’agriculteur doit avoir en tête un certain nombre de points de vigilance.

L’amélioration des marges sur coûts alimentaires permet de renforcer la trésorerie et la capacité d’investissement. Alors qu’une forte dépendance à l’extérieur (carburants, intrants) rend moins résilient, a contrario, l’optimisation des produits (qualité du lait, croisement sur petits veaux) améliore l’efficacité économique, et donc la résilience.

Plus l’environnement devient incertain, plus les notions d’endettement et de pilotage de la trésorerie prennent de l’importance, plus la capacité de l’agriculteur à mobiliser les financements extérieurs, à créer de l’épargne de précaution et des stocks devient essentielle.

Un manque d’anticipation peut être dramatique

Tout gros changement, même choisi, doit être anticipé et mesuré. Qu’il s’agisse d’une augmentation de production, de la reprise d’une exploitation, de l’introduction d’une nouvelle technologie ou de l’acquisition d’un équipement de confort, il faut s’interroger : quel sera son impact sur la conduite du troupeau, le système fourrager, l’EBE, la trésorerie ? Que se passera-t-il en cas de baisse du prix du lait ? Dans une conjoncture tendue, une charge fixe peut s’avérer lourde. Les cotisations MSA seront certes réduites, mais il y aura des annuités à rembourser. « Le risque d’un manque d’anticipation peut être lourd de conséquences dans une mauvaise conjoncture », souligne Monique Laurent.

(1) Spécialisé lait de plaine, mixte lait-viande de plaine, polyculteur-éleveur, systèmes de montagne et piémont (hors AOP de l’Est). (2) Revenu disponible/UMO exploitant : EBE moins les annuités et les frais financiers. C’est ce qui reste pour les prélèvements privés et l’autofinancement.

Souvent externes, les coups durs peuvent aussi être internes, liés à la vie de l’exploitation et de la famille : accident, maladie, divorce, etc. Même si certains de ces événements sont prévisibles (départ à la retraite d’un associé), dans une conjoncture difficile, ils peuvent fragiliser l’entreprise en générant de l’incertitude ou des coûts supplémentaires. Les parents ne sont pas éternels. Comment faire pour anticiper le départ d’une main-d’œuvre souvent bénévole ? En cas d’accident, l’exploitation est-elle capable de payer un salarié ? «
Le caractère résilient d’une exploitation ­laitière n’est pas forcément lié à un type de système de production (polyculture-élevage, spécialisé, mixte lait-viande...). © Philippe Montigny/Filimages
Les cinq critères identifiés : © Source : Inosys- Réseaux d’élevage
L’avis de…
« Un équilibre propre à chaque exploitation » L’avis de… Jocelyn Fagon, Institut de l’élevage

« La question de la résilience est complexe et multifactorielle. D’autant plus que personne ne part du même point. L’héritage du passé, l’historique de l’exploitation influent ainsi sur son endettement et sur le montant de ses aides. Dans une exploitation ancienne et bien gérée, l’existence d’un matelas financier aide à saisir les opportunités (photovoltaïque, méthanisation) et donc à construire un revenu disponible complémentaire qui permettra de passer plus facilement les crises.

La compétence technique, économique et gestionnaire de l’éleveur, sa vision d’ensemble, son état d’esprit, son ouverture et sa stratégie font aussi la différence. De même que sa capacité d’anticipation et son aptitude à se remettre en cause.

La résilience d’une exploitation ne peut pas s’apprécier que par des performances économiques, même si celles-ci sont essentielles dans des conjonctures difficiles. Elle repose aussi sur des facteurs humains. Si l’agriculteur va mal, il aura moins de possibilités d’avoir un bon EBE. Le bien-être de l’agriculteur reste toutefois difficile à appréhender en l’absence d’indicateurs objectifs. C’est aussi une notion très personnelle. Pouvoir se libérer deux à trois semaines par an peut être suffisant pour certains, mais pas pour d’autres. Les attentes en matière de revenu peuvent également varier selon les périodes de la vie. La qualité des relations tissées avec les proches, les associés, les partenaires et les fournisseurs intervient dans la capacité à faire face aux coups durs. Les crises passent mieux quand on travaille en entraide et que l’on peut partager les soucis ou ­construire ensemble un projet (achats de matériel ou d’intrants en commun, assolement à plusieurs) afin d’améliorer la résilience de son système. »

L’avis de…
« L’importance des êtres humains et des choix stratégiques » L’avis de… Monique Laurent, Institut de l’élevage en Rhône-Alpes

« Les chefs d’exploitations résilientes ont une réflexion stratégique aussi bien sur leur système­ fourrager, la conduite de leur troupeau que sur leurs investissements. Ils prennent le temps de raisonner et se donnent des priorités. Ils savent garder la tête froide, ce qui leur évite de tomber dans l’effet de mode (« Être le premier du secteur à avoir un robot »). Ils sont bons techniquement. Ils ne recherchent pas la performance pour la performance. C’est d’abord l’éleveur qui fait la résilience dans le contexte propre qui est le sien. Dans de nombreux cas, l’éleveur a une structure et un volume de lait donnés­. Il ne peut pas toujours agrandir ou développer comme il le souhaiterait. Il doit d’abord maîtriser le fonctionnement de l’exploitation telle qu’elle est pour la rendre plus efficiente, et donc plus résiliente.

C’est aussi l’agriculteur dans son ressenti qui mesure sa capacité à résister aux chocs et à être confiant dans son aptitude à avoir un avenir : « C’était une année difficile, mais je m’en suis sorti » ; « Je suis bien dans mon système ».

À la demande des élus de notre région, une réflexion a été menée pour apporter des éléments de réponse à la gestion des aléas. Comment sensibiliser et accompagner les éleveurs engagés dans une démarche d’installation et de construction de projet ?

À plus court terme, un travail a permis d’identifier de façon pratique et opérationnelle les leviers d’adaptation disponibles aux différents types d’aléas : climatique, économique­ (baisse des prix, hausse des intrants), sanitaire, structurel (évolution­ de la main-d’œuvre ou des surfaces, par exemple). Une feuille de route opérationnelle a été élaborée. Cet hiver, des rencontres seront organisées en Rhône­-Alpes pour présenter ce travail. »

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le bovin malade et sa prise en charge

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER