S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

« On est déterminé à sortir du glyphosate »

réservé aux abonnés

 -
« Ce rapport [de la mission parlementaire chargée d’évaluer le plan de sortie du glyphosate] est intéressant parce qu’il pointe que ce n’est pas en claquant des doigts comme ça, qu’on décide qu’on arrête le glyphosate », répond Elisabeth Borne aux journalistes. © France Inter

Elisabeth Borne, la ministre de la Transition écologique, a réaffirmé au micro de France Inter que le gouvernement maintient le cap d’une sortie du glyphosate en deux phases, dont la première au 1er janvier 2021.

Interrogée ce 10 novembre 2019 dans l’émission politique de France Inter, de France Télévisions et du Monde, sur le rapport de la mission parlementaire chargée d’évaluer le plan de sortie du glyphosate, la ministre de la Transition écologique, Elisabeth Borne a réaffirmé que l’objectif du gouvernement reste « de sortir de l’essentiel des usages [de cet herbicide, NDLR] au 1er janvier 2021,...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
30%

Vous avez parcouru 30% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Interrogée ce 10 novembre 2019 dans l’émission politique de France Inter, de France Télévisions et du Monde, sur le rapport de la mission parlementaire chargée d’évaluer le plan de sortie du glyphosate, la ministre de la Transition écologique, Elisabeth Borne a réaffirmé que l’objectif du gouvernement reste « de sortir de l’essentiel des usages [de cet herbicide, NDLR] au 1er janvier 2021, et de tous les usages au 1er janvier 2023 ».

Des dérogations à préciser

« Quand on a un modèle agricole qui a été poussé pendant des années à utiliser des pesticides, du glyphosate, ce n’est pas d’un claquement de doigt que vous changez de modèle, répond la ministre aux journalistes. On est déterminé à sortir du glyphosate. Le rapport nous dit qu’évidemment on ne va pas dire la veille pour le lendemain aux agriculteurs qu’on arrête le glyphosate dans leur filière. »

Pas question pour Elisabeth Borne de préciser les filières qui pourraient bénéficier de dérogations. « Les études sont en cours à l’Inra et l’Anses, oppose-t-elle. Ce rapport […] pointe que ce n’est pas en claquant des doigts comme ça, […] qu’on arrête le glyphosate, qu’il faut accompagner les transformations, proposer des substitutions notamment du désherbage mécanique. »

Quelle sera la première filière à franchir le pas ? « Je pense qu’on a des premières filières qui pourront le faire plus rapidement que d’autres, poursuit la ministre. Ce que je peux vous dire, c’est que dans la viticulture, le président de la République l’avait dit on souhaite avoir la première viticulture zéro glyphosate, et je pense qu’ils sont vraiment en train d’agir pour que cela soit le cas. »

E.R.
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER