S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Le gouvernement veut continuer à mettre la pression

réservé aux abonnés

 -
© A. M./GFA

À la veille de la date anniversaire d’entrée en vigueur de la loi sur l’alimentation, dite loi EGA, Didier Guillaume indique que le gouvernement veut continuer à mettre la pression sur la grande distribution.

« Le président de la République nous a demandé de continuer à mettre la pression sur les filières et sur la grande distribution », a déclaré Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture, aux côtés d’Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances, faisant suite à un point d’étape sur la mise en...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
18%

Vous avez parcouru 18% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

« Le président de la République nous a demandé de continuer à mettre la pression sur les filières et sur la grande distribution », a déclaré Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture, aux côtés d’Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances, faisant suite à un point d’étape sur la mise en œuvre de la loi portant sur l’alimentation lors du conseil des ministres de ce 21 octobre 2019.

« Cette loi a permis une remise en cause complète de toutes les organisations [filières, industriels, grande distribution…], mais malheureusement, encore aujourd’hui un an après son entrée en vigueur, le compte n’y est pas. Les agriculteurs ne sont pas assez rémunérés », a insisté le ministre de l’Agriculture.

3 500 contrôles déjà réalisés

Agnès Pannier-Runacher a indiqué que dans ce cadre les niveaux de contrôle avaient été « augmentés fortement » en ce qui concerne les négociations commerciales, notamment sur le respect du formalisme des contrats agricoles, sur les centrales d’achat ainsi que sur l’application du SRP (seuil de revente à perte) et sur le respect des promotions. L’objectif étant de « rééquilibrer les rapports de force ».

La secrétaire d’État a aussi indiqué qu’un suivi des bonnes pratiques avait été réalisé dans l’objectif d’accompagner les acteurs qui jouent le jeu. Elle a ajouté que 3 500 contrôles de la DGCCRF (1) avaient déjà été réalisés à ce jour et que l’objectif fixé d’atteindre 6 000 contrôles serait atteint d’ici à la fin de l’année, pour continuer à mettre la pression sur la grande distribution. « L’objectif est que la deuxième série de négociations se passe sous les meilleurs auspices, a-t-elle insisté. L’an dernier c’était une négociation un peu à blanc. »

+0,3% sur les prix

Agnès Pannier-Runacher a également souhaité faire un point sur l’augmentation des prix à la consommation à propos de laquelle on a pu lire des chiffres calculés « sur un coin de table », et pour lesquels les données n’étaient « pas étayées sur la réalité ». Elle a indiqué que contrairement à ce que l’on a pu lire « ici et là » l’augmentation des prix à la consommation est de 0,3 %. Le secrétaire d’État a relevé que cette hausse a impacté assez directement certains produits agricoles (produits transformés du lait et produits semi-bruts). « Bien sûr, ce n’est pas suffisant mais cela montre qu’on est en train de bouger les lignes. »

« On demande beaucoup aux exploitants agricoles ; maintenant il est temps que, parce qu’on leur demande beaucoup, ils soient rémunérés à la juste valeur de leur travail », a conclu le ministre de l’Agriculture.

Marie Salset

(1) Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER