S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Le Saint-Nectaire adapte son cahier des charges

réservé aux abonnés

 -
En raison de la sécheresse, le cahier des charges de l’AOP Saint-Nectaire offre temporairement davantage de souplesse sur l’alimentation des animaux. © Cédric Faimali/GFA

Un arrêté du 18 septembre 2019 précise les modifications temporaires des conditions de production du 1er août 2019 au 1er mai 2020.

La modification du cahier des charges a été réalisée sur la proposition de la commission permanente du comité national des appellations d’origine laitières, agroalimentaires et forestières de l’Institut national de l’origine et de la qualité (Inao) en date du 29 août 2019.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
33%

Vous avez parcouru 33% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

La modification du cahier des charges a été réalisée sur la proposition de la commission permanente du comité national des appellations d’origine laitières, agroalimentaires et forestières de l’Institut national de l’origine et de la qualité (Inao) en date du 29 août 2019.

Souplesse sur le pâturage

Selon l’arrêté publié au Journal officiel ce 20 septembre, pour l’année 2019, le pâturage est obligatoire pour les vaches laitières pendant une durée minimal de 100 jours par an, contre 160 jours initialement prévus dans le cahier des charges.

Du 1er août 2019 au 1er mai 2020, la ration totale annuelle des vaches laitières en matière sèche comprend au minimum 50 % d’herbe provenant de la zone de production du lait, au lieu de 70 %.

Paille, mélasses et vinasse

Dans la ration annuelle des vaches laitières, le plafond d’aliments complémentaires passe à 2 100 kg par vache et par an, soit une rallonge de 300 kg. L’herbe complémentaire peut désormais être distribuée sous forme d’enrubannage.

Le recours à la paille pouvant provenir de l’extérieur de la zone de production est également autorisé. La mélasse de betterave sucrière et de canne à sucre, ainsi que la vinasse de levurerie peuvent être utilisées comme aliment liquide dans la ration.

Concernant les génisses, leur ration de base annuelle doit être composée d’herbe, sans contrainte liée sa provenance (contre au moins 40 % en provenance de la zone de production initialement). De la paille peut également être intégrée dans la ration.

V. Guyot
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER