S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Une embellie majeure des cotations qui restent sous la menace d’un Brexit dur

réservé aux abonnés

 - -->

Produits industriels. Demande dynamique, production mesurée, stocks écoulés : tous les clignotants sont au vert pour de meilleurs prix, mais un Brexit dur pourrait tout balayer.

Comme envisagé le mois dernier, la cotation de la poudre 0 % a atteint la barre des 2 000 € la tonne. Ce n’était plus arrivé depuis juin 2017. C’est la conséquence de l’épuisement des stocks d’intervention fin janvier (il ne reste que 3 600 tonnes) et d’une demande mondiale partout dynamique. En face, la production dans les bassins excédentaires reste mesurée. La collecte de...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
36%

Vous avez parcouru 36% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Comme envisagé le mois dernier, la cotation de la poudre 0 % a atteint la barre des 2 000 € la tonne. Ce n’était plus arrivé depuis juin 2017. C’est la conséquence de l’épuisement des stocks d’intervention fin janvier (il ne reste que 3 600 tonnes) et d’une demande mondiale partout dynamique. En face, la production dans les bassins excédentaires reste mesurée. La collecte de l’Union européenne a baissé de 0,9 % en novembre et les mois suivants doivent être sur la même ligne. Les éleveurs américains en difficulté vont sans doute limiter leur production. La Nouvelle-Zélande est toujours dynamique, mais entame sa décroissance saisonnière. Autant dire que la cotation de la poudre devrait continuer à progresser car, sur une moyenne de dix ans, 2 000 € la tonne reste un prix modeste. Le beurre aussi a touché son point bas fin décembre et les acheteurs s’intéressent déjà à leur approvisionnement du second semestre. Donc, là aussi, la cotation devrait monter. Une bonne nouvelle pour le prix du lait à venir, d’autant que les négociations sur les marques PGC semblent moins tendues. Ce bel optimisme pourrait être balayé par un Brexit dur sans accord de libre-échange, donc avec des droits de douane qui affecteraient les exportations vers la Grande-Bretagne (notre deuxième marché) et déstabiliseraient les courants commerciaux actuels. Les plus angoissés parlent d’un possible cataclysme.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

oléagineux

Colza en hausse

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER